02 décembre 2005

Si j’étais Président de la république ?

Il semblerait que ce soit la chanson préférée de plusieurs de nos hommes politiques. Mais pour quoi faire ?

Restos du cœur, Noël des familles pauvres, téléthon, journée mondiale du SIDA, lutte contre le cancer. Voilà des causes qui valent de s’investir et sur lesquelles les français montrent et vont montrer au travers de leurs dons ou actions qu’ils veulent participer activement.

N’est-il pas toutefois étonnant pour ne pas dire mieux que notre modèle français tant déclamé par notre Premier ministre délègue à tout va la responsabilité du traitement des causes les plus graves ?

Le bon monsieur BRETON nous ayant expliqué que nous sommes redevables de la somme de 30 000 € et que nous sommes à deux doigts de la mise en liquidation, il est donc normal que plus un euro de recettes fiscales ne soit consacré aux grandes causes proclamées mais jamais financées.

Mais alors, à quoi servez-vous MM. le Président, Premier ministre, ministres, députés et sénateurs ?

S’il existe un certain nombre d’élus de la nation capables de se féliciter du bon fonctionnement des associations et beaucoup de média du retour des restos du cœur et du SAMU social pour empêcher les SDF de mourir de froid, qu’en est-il des autres ?

Plus aucun responsable des affaires de l’état pour s’offusquer dans l’hémicycle (bien souvent vide aux ¾ ) de l’augmentation et de la durée de la vraie précarité. Quelques vagues mots ou déclarations pour fustiger les chômeurs, les immigrés, les mariages blancs, la polygamie et le manque d’imagination des français.

En clair le monde de demain sera associatif ou ne sera pas ?

Il est grand temps que les élections présidentielles arrivent et que nous cessions de constater tous les jours le combat puéril pour la direction du pays. Combien aurons-nous de candidats à la magistrature suprême cette fois-ci ? 10, 15, 18 ?

Combien vont encore nous expliquer que le bilan de leurs concurrents est insane ?

Combien vont encore nous réduire quelque fracture mal consolidée ?

Combien vont nous expliquer que leurs priorités sont la formation, le plein emploi, le combat pour la santé, et le rasage gratis de tous les français (femmes et enfants inclus)

Or messieurs et mesdames les candidats, vous serez cette année comme les autres absents de tous les combats menés par les associations financées par le porte-monnaie des français.

Alors qu’on nous rebat les oreilles avec l’obligation de développer la recherche, quel politique proposera de fusionner les travaux des laboratoires de recherche du monde entier pour éradiquer le VIH ?

Qui proposera de se battre pour la création d’un grand centre de recherche mondial sans limitation de budget pour qu’on cesse de mourir de maladies génétiques, de cancer ou du SIDA ?

Si vous ne pouvez plus rien en termes économiques et que le chômage endémique est devenu une donnée de gestion des ressources humaines faites ce que vous DEVEZ contre les maladies fléaux !!!

Le grand CAVANNA disait, il y a quelques années que lorsqu’on avait voulu aller se poser sur la lune on avait su trouver les fonds et les hommes pour le faire. Alors pourquoi cette atonie lorsqu’il s’agit de la vie des humains que vous dirigez ?

Alors qu’on adhère à grand coup de SMS d’un côté et qu’on pleure le manque d’enthousiasme à adhérer de l’autre, des gens se débattent à la recherche d’un toit, d’un emploi digne, d’un bol de soupe, d’un traitement médical, d’un soutien moral ou physique !!!

Un écrivain américain disait : « au secours le monde est devenu fou, je veux descendre » C’est exactement la sensation que ressentent les français.


Secours populaire
Téléthon
Restos du cœur
Journée mondiale du SIDA
Ligue nationale contre le cancer


1 commentaire:

José a dit…

Salut JC,

C'est peu de dire que j'aime bien tes coups de gueule... ;-)