16 mai 2018

Salariés du privé et de la fonction publique : la précarité généralisée En Marche ?

Fidèle aux propos et la pensée de son mentor Jacques Attali, le Président de la République semble bien décidé à installer l'ensemble des salariés dans la même galère. Celle de l'incertitude et du précariat.

Petit retour en arrière. En 2015, Jacques Attali invité du "Club de la presse" d'Europe 1 estimait que nous allions vers une "uberisation" générale du travail et proposait d'appliquer le régime des intermittents du spectacle à tous les travailleurs. Cette idée de "génie" était brocardée par Marianne qui écrivait : "Aux yeux d’Attali, une société basée sur un tel système « ne [serait] pas précaire, dans la mesure où chacun pourra réaliser son talent. » Et tant pis pour les moins inspirés : « Evidemment, pour ceux qui n'auront pas de talent, ce sera plus difficile » concède-t-il ..." Déja les prémices de la "Startup Nation" !
 

 Il est vrai qu'ils sont nombreux les "spécialistes" du monde du travail à proposer de partager entre les "insiders" et les "outsiders" afin que chacun d'eux aient droit à leur tour au joies du salariat et ... du chômage. Cette "théorie" s'appuie sur l'expérience de la "flexisécurité" danoise. A l'origine, on facilitait les licenciements mais on faisait bénéficier les salariés d'une forte prise en charge et d'une indemnisation généreuse. Or, nul n'a entendu ces mêmes spécialistes nous expliquer que depuis la crise de 2008 la sécurité a été ébranlée mais que la flexibilité a été conservée comme le décrit l'IRES.

En France, l'ensemble des responsables économiques et une bonne partie des responsables politiques français se sont rués surtout sur le concept de flexibilité. Ce qui faisait dire à Eric Heyer de l'OFCE : "une politique de flexibilisation, pourquoi pas, si elle s'accompagne en même temps d'une politique de sécurisation des salariés qui n'existe pas dans le schéma proposé par les ordonnances"  En clair, il est plus facile de perdre son emploi sans pour autant bénéficier d'un véritable filet de sécurité.

En lieu et place nous avons droit à un projet de loi «pour la liberté de choisir son avenir professionnel» dont les points les plus importants sont la formation et l'assurance chômage. Si pour la CFE-CGC, il y a une certitude : "cela prendra du temps - entre 5 et 10 ans - afin de voir les effets positifs de cette loi". Nous émettons des doutes sur l'employabilité des plus de 50 ans même formés mais partageons la crainte de la CFE CGC sur la partie assurance chômage : "...ce projet met en place des mécanismes qui, outre le financement, permettent la modification des paramètres au bon vouloir de l’exécutif. C’est-à-dire avec le risque que le régime d’assurance chômage serve de variable d’ajustement dans le cadre d’une politique globale"

Donc, "ça c'est fait" comme dirait notre Président. Maintenant, aux salariés de la fonction publique ? Libération nous apprend que le gouvernement au travers du «Comité action publique 2022» (CAP22) pourrait envisager : "...de généraliser la possibilité de recourir à des contractuels dans la fonction publique ..."

C'est quoi CAP22 ?

"...Ce panel de 34 personnalités qualifiées, installé en octobre dernier, a été chargé par le gouvernement de plancher sur la réforme de l’Etat, des collectivités et de la Sécurité sociale. Issus du privé, du public et du monde associatif, ses membres se sont vus donner «carte blanche» par Edouard Philippe : un encouragement reçu cinq sur cinq par les experts, qui doivent rendre prochainement leur rapport au Premier ministre" Nous dit Libération

Et Libération d'ajouter : "le gouvernement souhaite élargir la possibilité pour les administrations de recourir à des agents non titulaires, qui n’ont pas le statut de fonctionnaire, pour des métiers «n’ayant pas une spécificité propre au service public» ... Objectif : «Accorder plus de souplesse et de liberté aux employeurs publics pour recruter leurs équipes en leur permettant de recourir davantage au contrat», indique Bercy. Fin 2016, la fonction publique comptait déjà, selon l’Insee, 940 200 non titulaires (en particulier dans le secteur scolaire ou de la santé) sur 5,7 millions d’agents publics, soit 16,5% de «contractuels"

Concernant la proposition phare de CAP22 qui selon Libération serait : "Des profs avec un CDD de cinq ans, des policiers embauchés pour seulement dix ans, des agents territoriaux en contrats de deux ou trois ans renouvelables"  Néanmoins, Libération ajoute : "Une source bien informée s’attend d’ailleurs à ce que le gouvernement écarte l’idée… pour mieux promouvoir une simple «extension» du recours au contrat, comme souhaité par l’exécutif"

Fuite d'information organisée par le gouvernement pour tester l'effet que produiront ces annonces sur les syndicats de la fonction publique ? Probable. Néanmoins, nous sommes moins optimistes que la source de Libération. Il n'y a qu'à voir de quelle façon le Premier Ministre refuse de revenir sur la fin du statut des futurs recrutement à la SNCF pour comprendre qu'on va essayer de rapprocher la situation des salariés de la fonction publique de celle du privé. En résumé faire assurer le service public par des salariés fragilisés mais à qui on demandera le maximum sans aucune garantie d'avenir !

Et après direz-vous ?

Hé bien, tous ces salariés pourront se voir appliquer le contenu des ordonnances liées au code du travail avec, au menu : plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, rupture conventionnelle collective, nouvelles règles de licenciement économique, référendum d'entreprise et  CDI de chantier. Mesures hautement anxiogènes pour les salariés qui n'ont d'ailleurs pas eu les effets promis sur le chômage. 

Si le gouvernement, ses experts et les organisations patronales nous assurent qu'avec une croissance retrouvée, ces mesures vont lever la "peur de l'embauche", nous ne sommes absolument pas à l'abri d'un retournement économique mondial qui laisserait des millions de salariés dans la pire des précarités. Car, ne nous voilons pas la face, en cas de nouvelle crise, il ne sera pas question de remettre en place les protections perdues. 

Alors, accepterez vous cette précarité généralisée qui voudrait se mettre En Marche ?
 

Crédit image

15 mai 2018

Montée des populismes : pour le Medef, un simple manque de pédagogie patronale !


Selon Geoffroy Roux de Bézieux du Medef, la montée des populismes en Europe serait due à un déficit de pédagogie de l'économie de marché mal expliquée par les acteurs économiques. Un peu simpliste non ? 

Geoffroy Roux de Bézieux qui rêve de succéder à Pierre Gattaz était interviewé par le journal Les Echos. Outre les sujets habituels : Que ferez-vous si vous êtes élu ? quelle participations des salariés dans les entreprises et le numérique, les journalistes lui ont posé la question suivante : Y a-t-il une responsabilité des acteurs économiques dans la montée des populismes en Europe ?



Roux de Bézieux : "Oui, bien sûr qu'il y a une responsabilité des acteurs économiques, au moins à deux titres. D'abord, nous n'avons pas réussi à faire suffisamment de pédagogie de l'économie de marché. Il faut expliquer comment fonctionne l'entreprise. Ensuite, et cela rejoint la question des territoires, notre croissance doit être plus inclusive. Il faut embarquer toute la cordée, pour reprendre une expression présidentielle, et pas seulement les premiers de cordée. Le repli national que prônent les populistes n'est pas la solution, c'est certain, mais encore faut-il en convaincre les Français"

Mais où était Geoffroy Roux de Bézieux pendant les 5 dernières années ?

Hé bien, il était vice-président du Medef. Il est  donc coresponsable de la pédagogie distillée par son Président parfaitement résumée par Michel Offerlé dans le Monde: "Les années Gattaz n’auront pas renouvelé le Medef. Il porte la marque d’une représentation de l’économie française quelque peu obsolète ... Il avait souhaité être en 2013 à la tête d’un « Medef de combat », débarrassé de « l’hydre du social » pesant sur les agendas médéfiens ... Pierre Gattaz n’a cessé d’alterner satisfecit et dénonciations vigoureuses, voire provocations ..." 

Nous pouvons aussi lui ajouter la palme d'or dans son rôle de martyr perpétuel. Martyr qui reconnaissait du bout des lèvres en mai 2017 : "Je pense sincèrement qu'on a réussi de belles choses avec des baisses d'impôts, de taxes, avec le pacte de responsabilité et le CICE qui ont vraiment donné des marges aux entreprises". Sans oublier, bien entendu, le pins 1 Million Emplois qu'il a d'ailleurs assez vite retiré du revers de sa veste. 

Geoffroy Roux de Bézieux alors candidat contre Pierre Gattaz à la présidence du Medef, proposait la pédagogie suivante : "il pense qu’il faut porter le fer sur le coût du travail, réformer drastiquement l’assurance-chômage, travailler nettement plus longtemps avant de partir à la retraite, négocier plus de choses au niveau de l’entreprise, à commencer par la durée du travail"

Donc, le succès du populisme serait la conséquence d'une incompréhension économique ? Mais pas la mondialisation "heureuse" et ses coups de boutoirs que le Medef s'est évertué à vendre aux salariés.

Il est dommage que Geoffroy Roux de Bézieux ne se soit pas déplacé pour faire de la pédagogie dans les usines fermées pour des raisons d'optimisation fiscale et de bas salaires. Tout comme il est dommage qu'il n'ait pas trouvé le temps nécessaire pour venir expliquer aux chômeurs seniors comment ils vont s'en sortir lorsqu'ils seront en fin de droits. Et enfin, dommage qu'il n'ait pas trouvé quelques minutes pour rencontrer ceux qui à qui ont impose la profusion de CDD de courte durée. Mieux encore, nous ne doutons pas qu'il aurait trouvé des arguments "déterminants" auprès de ceux qui dans les quartiers attendent la "croissance inclusive" mais qui après des milliers de CV ne reçoivent aucune réponse des entreprises sollicités.

Oui, mais notre homme qui s'affirme comme profondément libéral pensait certainement en répondant aux Echos qu'il suffisait d'un constat succinct pour expliquer un vote extrême. Quant à : "embarquer toute la cordée, pour reprendre une expression présidentielle, et pas seulement les premiers de cordée" On ne saura pas dans l'interview qui prendra en charge le problème ni dans quelles conditions.

Le vote populiste monsieur Roux de Bézieux ne se nourrit pas, dans certaines régions d'incompétence en économie de marché mais de désespoir ou de colère. Colère entretenue, entre autre, par les versements colossaux aux actionnaires du CAC40, des montants
faramineux de certains salaires de managers, même peu efficaces sauf en licenciements et de l'accroissement des inégalités en termes d'emploi.

Ce vote est aussi la conséquence d'un discours anxiogène tenu depuis des années par votre organisation qui consiste à expliquer qu'il faut plus de flexibilité, voir imposer, des mini jobs, sommet de la précarité, comme vous le proposiez en 2013, pouvoir licencier plus vite et moins cher, être mobile au point d'aller chercher un CDD à 400 kilomètres de chez soi, instituer un contrôle quotidien cher à Pierre Gattaz des chômeurs et forcément travailler plus longtemps alors qu' 55 ans trouver un job est quasi impossible. 

Vous faut-il plus de raisons pour que de nombreux français veuillent retourner la table quel qu’en soient les risques.

On est bien loin de votre "pédagogie" qu'on pourrait qualifier de bazar tant elle est sommaire. Mais après tout, la question des Echos vous intéressait-elle vraiment ? Non, car ce qui vous intéresse c'est de diriger le Medef pour continuer à faire : "baisser le poids des prélèvements obligatoires avec deux priorités, les impôts de production et la fin des asymétries fiscales, normatives et réglementaires qui existent, au moins en Europe..." Dans la mesure où l'Europe prendra tout son temps pour bouger, on comprend que votre combat sera surtout axé sur les baisses françaises. Baisses qui devront être compensées par des coupes budgétaires de l'état qui viendront une fois de plus frapper les plus en difficulté.

Belle démonstration que votre pédagogie de l'économie de marché remède aux populismes ...

14 mai 2018

Bienvenue dans le monde heureux des actionnaires du CAC40

Si travailler dur sans compter son temps pour devenir riche fait partie des belles légendes du capitalisme, le rapport d'Oxfam sur les dividendes versés aux actionnaires du CAC40 est explicite sur la façon de s'enrichir sans trop d'efforts, d'investissements ou d'innovations. 


Pendant très longtemps, la droite française soutenue par quelques économistes ultra libéraux nous ont vendu le "rêve américain" en opposition aux états providence européens. Ces derniers tuaient l'initiative et il fallait "libérer les énergies". Pour ce faire, on nous a abreuvé de beaux récits dans lesquels la classe sociale à laquelle on appartenait n'avait aucune importance si on avait du talent et du courage.

En clair, travailler dur et ne pas compter son temps permettait de devenir riche. Or, depuis quelques années, nombreux sont les experts qui nous expliquent qu'en fin de compte, américain ou pas, l’ascenseur social est une farce et que pour devenir riche ou très riche, mieux vaut avoir eu des parents ou grand parents qui ont réussi ...

Aussi, lorsque notre Président lançait : "Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires" on avait presque envie de sourire à ce remake de la belle légende. Pendant que certains continuent de la propager et quelques naïfs d'y croire, il est indispensable de lire le rapport de l'ONG Oxfam sur la rémunération des actionnaires français du CAC40.

Extraits : "Au niveau des dividendes pour les actionnaires : la France est le pays au monde où les entreprises cotées en bourse reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires. Depuis 2009, sur 100 euros de bénéfices, les entreprises du CAC 40 ont en moyenne reversé 67,4 euros de dividendes aux actionnaires et seulement 5,3 euros sous formes de primes aux salarié-e-s"

Ce qui est à rapprocher du combat de notre Président qui affirmait en avril dernier : "On a permis qu'il y ait plus de flexibilité (dans les entreprises), on doit permettre aussi quand ça va mieux que tout le monde puisse en profiter" ce qui devrait amuser au Medef, organisation patronale à laquelle adhèrent toutes les entreprises du CAC40.

"... en 2016, les patrons du CAC 40 gagnaient en moyenne 257 fois le SMIC, et 119 fois ce que le salaire moyen au sein de leur entreprises (en 2009, cet écart était de 97). L’écart le plus important a été constaté chez Carrefour où le PDG  a perçu en 2016, 553 fois le SMIC"

Néanmoins, selon le gouvernement, ces salariés au SMIC devraient se réjouir puisque la baisse des cotisations salariales va leur permettre un gain de : "8 euros par mois dès la fin du mois, puis 22 euros à partir d'octobre. Soit un total de 138 euros en 2018 et de 264 euros en 2019 pour 12 mois de salaire, quand le dispositif aura atteint son plein régime" Quant à ceux qui touchent le salaire moyen (2500€), ils peuvent déjà commander le champagne puisqu'ils auront un gain de 228 euros par an en 2018 et 444 euros en 2019 !

Légal mais pas moral ? Certainement mais on vous répondra que le talent des managers est beaucoup mieux rémunéré ailleurs et qu'il faut absolument arrêter la fuite de ces talents à l'étranger. Et que ce talent passe par des réductions de personnels ou des recours à des licenciements préventifs n'est pas un problème puisque les actionnaires en voit immédiatement les résultats financiers.

Dans le même temps explique Oxfam : "... La primauté donnée à la rémunération des actionnaires a pour corollaire une baisse significative de l’investissement qui risque de fragiliser à terme la santé économique des entreprises françaises ..." 

C'était en partie le raisonnement du candidat Macron sur les déboires de l'industrie française : "Aujourd’hui, notre industrie souffre d’un triple déficit : " Un déficit d’investissement productif : les entreprises françaises ont consacré une part importante de leurs dépenses à l’investissement immobilier, au détriment des investissements de montée en gamme. Un seul exemple : 34 500 robots industriels, avec une moyenne d’âge élevée, sont en service en France, contre 62 000 en Italie et 150 000 en Allemagne. Un déficit d’innovation : sur la période 2010-2012, 41% de nos entreprises manufacturières ont introduit une innovation de produits et/ou de procédés contre 44% en Italie et 58% en Allemagne ..." en oubliant au passage de mentionner la redistribution particulièrement généreuse aux actionnaires.

BastaMag qui a analysé le rapport d'Oxfam précise : " Pour réformer ce « système économique qui va dans le mur » et creuse les inégalités, Oxfam et le Basic proposent une série de recommandations allant de l’encadrement des rémunérations à la réforme de la gouvernance des sociétés ..."

Nul doute, si la loi PACTE devait couvrir de telles modifications que,  le nouveau patron du Medef et celui de l'AFEP monteraient au créneau au nom de la libre entreprise française et de sa compétitivité dans la mondialisation. Nul doute que Bruno Lemaire et Gérald Darmanin comprendraient leurs inquiétudes et qu'une fois de plus, cette loi se limiterait à des recommandations ... non contraignantes.

Mais alors, les très grandes entreprises françaises ne seraient pas les premiers de cordée de l'investissement dans les industries du futur ? Il semble bien que non puisque le gouvernement va privatiser à tour de bras "pour investir sur les technologies de rupture" comme l'indiquait Bruno Lemaire. En résumé : cadeau au privé et à ses actionnaires d'une partie du patrimoine économique français. 

Il va s'en dire que les investissements issus de ces privatisations comme l'intelligence artificielle ou le stockage de données deviendront, à terme, la propriété des grandes entreprises pour le plus grand bonheur de leurs actionnaires !  

Bienvenue dans le monde heureux des actionnaires du CAC40


Crédit illustration 

07 mai 2018

Pôle Emploi : Faire des économies pour mieux tuer le service public de l'emploi ?

Selon le JDD, Pôle Emploi pourrait diminuer les effectifs de ce service public de 4000 personnes. Il en va ainsi dans le monde du "leader of the free markets", chairman of the board of France et père de la future "Start up Nation"

Pôle Emploi fait partie du service public de l'emploi. "Ses missions sont définies par l’article L5311-1 du Code du travail qui dispose que « le service public de l’emploi a pour mission l’accueil, l’orientation, la formation, l’insertion ; il comprend le placement, le versement d’un revenu de remplacement, l’accompagnement des demandeurs d’emploi et l’aide à la sécurisation des parcours professionnels de tous les salariés" peut-on lire sur le site Vie Publique
 

Les français ont compris depuis l'élection d'Emmanuel Macron que la notion de services publics était considérée comme "has been". Le modèle, c'est l'entrepreneur qui a assez d'ambition pour devenir milliardaire. La dernière attaque en règle sur un service public serait, selon le JDD, contre le fonctionnement de Pôle Emploi. 

De quelle façon ? 

En supprimant 4000 postes.

Pour quelles raisons ?

"le gouvernement invoque la baisse durable du chômage : avec moins de demandeurs d'emploi, il n'y aurait plus besoin d'autant de conseillers" Outre une malhonnêté hors norme, ce que le gouvernement omet de préciser c'est que dans le même temps, il va recruter 600 conseillers en charge du contrôle des chômeurs. Car taper sur les chômeurs, ces individus incapables de s'adapter au miracle de la "Startup Nation" est une habitude chez les élus LREM.

Pour mémoire on citera les déclarations de Christophe Castaner en octobre 2017

« L'universalité de l'allocation chômage, qui doit profiter à celles et ceux qui n'y ont pas droit […], implique aussi des droits et des devoirs .../... c'est une forme de liberté, mais la liberté, c'est pour aller vers quelque chose, la liberté, ce n'est pas de bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances »

Sans omettre, bien entendu celle du député LREM Damien Adam : " .../... Car quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l’assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête ! .../..."

Belle mentalité ! Qui cache toutefois une réalité bien plus terre à terre. En effet, nous rappellent les médias qui ont traité cette information : "la subvention accordée à Pôle emploi a baissé de 50 millions d'euros ..." A tel point, d'après le JDD  , que "l'équilibre financier de la structure" est "en péril". 4 milliards d'euros de coupes budgétaires devraient être atteints d'ici à 2022.

Retour du refrain : la privé fait mieux et moins cher ? C'est oublier qu'en 2009 à la demande de Nicolas Sarkozy, on avait confié 320 000 chômeurs à des opérateurs privés pour démontrer que le secteur privé pouvait mieux et moins cher.  Le résultat de cette expérience ? Le service public de l’emploi fait mieux et moins cher que les opérateurs de placement privé nous expliquait Miroir Social  Or, si on diminue les équipes de placement de Pôle Emploi, vers qui se tournera t-on à nouveau ?

En attendant, on va encore nous vendre les formidables avantages du Net en oubliant très vite que ce ne sont pas des marchandises qu'on traite mais des humains ! Qui se souvient que dans un premier temps, il n'a plus été possible de se rendre à son Pôle Emploi sans rendez-vous, puis que les agences ont fermé et qu'aujourd'hui, le chômeur se retrouve seul face à écran ? Ecran avec le quel tout dialogue est inutile. Nul doute qu'au ministère du travail et à la direction de Pôle Emploi on réfléchit à la mise en place de l'intelligence artificielle. Quelle formidable avancée technologique que de faire traiter des problèmes d'hommes par des robots privés de tous sentiments.

Il n'y a pas un chômage mais des chômages. chaque chômeur a une histoire, un parcours et des difficultés qui lui sont particulières. Oui mais ce gouvernement et ses experts considèrent que 400 à 800 chômeurs par conseiller ce n'est pas la mer à boire et qu'on peut  toujours "faire mieux avec moins".

Il en va ainsi dans le monde du "leader of the free markets", chairman of the board of France et père de la future "Start up Nation" ... du moins encore pendant quatre ans 


Crédit photo

30 avril 2018

Emploi des seniors : L'imposture du " vieillir au travail" continue !

En matière d'emploi des seniors, les ministres du travail passent et le problème reste. En effet, au delà des effets d'annonces des gouvernements et des déclarations à l'emporte pièce des organisations patronales vieillir au travail devient de plus en plus une mission impossible.

En mars 2010, chômeur senior, j'entendais Xavier Bertrand alors ministre du travail annoncer que tous les chômeurs seraient reçu dans les trois mois. L'objectif étant de : "déterminer le type de suivi le plus adapté à la personne". Une réunion eu bien lieu au Pôle Emploi dont je dépendais où un conseiller que je voyais pour la première fois me félicita pour ma recherche "dynamique" mais me confia ne pas avoir souvent de demande pour des salariés de plus de 55 ans. Game over !

En résumé, trop jeune pour partir en retraite mais trop vieux pour occuper un emploi ! Et pourtant, en fouillant un tout petit peu dans mes archives, j'ai trouvé ce que déclarait Laurence Parisot grande pourfendeuse de la retraite à 60 ans au nom du Medef : " ... / ... je considère que pour nous, les entreprises, il y a avec cette réforme des retraites, un gros travail qui ne fait que commencer. Nous aussi, nous avons des efforts à mener. Nous aussi, nous avons des changements de comportement à installer ... / ... aller plus loin encore en matière de condition de travail, d’adaptabilité des postes de travail pour les plus anciens ... / ... On est à un tournant. Mais pour bien prendre le tournant, il ne faut pas se tromper sur l’analyse objective de la situation. Et si on arrive à faire cette analyse objective, je pense que l’on peut bien amorcer cette nouvelle ère "

Où en est-on, de cette nouvelle ère en 2018 ?

L'OCDE au travers d'un graphique nous montre à quel niveau entreprises et gouvernements français placent la priorité des seniors dans l'emploi. La France se classe 33eme sur 41 avec 52,2% des 55-64 ans étant toujours en emploi. 


Et même si nous allons devenir comme le prétend notre Président LA "Startup nation" dans l'immédiat, pas de quoi pavoiser ! Car, les ruptures conventionnelles classiques ou collectives proposées à des salariés de 57 à 59 ans prouvent bien que les "changements de comportement des entreprises" clamés hauts et forts par Laurence Parisot n'étaient, une fois de plus qu'une imposture.

En ce qui concerne ceux qui sont au chômage, comme nous l'indiquions dans un précédent article. En 2016 : "Les personnes âgées de 50 à 64 ans n'étaient que 12,9% à trouver un emploi dans le trimestre qui suit l'inscription à Pôle emploi" donc, ils sont les plus exposés au chômage de longue durée antichambre de la fin de droits !

Devant tant de mansuétude et d’efficacité, on prendra quelque plaisir à la lecture d'une  étude/avis émise tout récemment par le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) consacré à l'emploi des seniors.

Les Echos : "Dans son avis sur l'emploi des seniors, le Conseil économique, social et environnemental propose la création d'une aide financière spécifique à l'embauche de salariés de 57 ans et plus « jusqu'à l'acquisition des droits à retraite à taux plein" Aide financière que Les Echos qualifient de "contrat aidé spécifique"

Le CESE écrit : "... Leur surreprésentation parmi les chômeur.euse.s de longue durée, la suppression de politiques publiques de l’emploi favorables à l’insertion et au maintien dans l’emploi des seniors ou encore la permanence des préjugés à leur égard sont autant de signaux que la collectivité, dans son ensemble, doit prendre en compte pour agir sur la qualité de l’emploi et garantir une cohésion sociale entre les générations."

Ce qui laisserait entendre, au passage, que donner de l'argent aux entreprises les rendraient réceptives à l'âge des salariés ? On aimerait entendre les responsables de la CPME et du Medef sur le sujet.

Le gouvernement de son côté continue de pérorer sur les "fameux" emplois non pourvus ce qui permet de justifier les mesures répressive appliquées aux chômeurs et brandit sa loi : «pour la liberté de choisir son avenir professionnel» dans lequel, le "vieillir au travail" n'est tout simplement pas évoqué.

La liberté de choisir son avenir professionnel Monsieur le Président et Madame la ministre c'est également garantir la dignité de ceux qui ont travaillé plus de 30 ans et qui après une fermeture d'entreprise ou un licenciement économique aspirent à terminer leur carrière de la meilleure façon possible.

Mais que les seniors, forts de leur expérience, deviennent consultants affirme l'entourage économique de notre Président. Didier Hallépée fin connaisseur du sujet donnait une définition de ce poste : "Consultant : position sociale destinée aux Séniors que l’Entreprise considère comme trop âgés, trop compétents et surtout trop chers et dont elle se débarrasse en leur faisant miroiter indépendance, considération et rémunérations élevées grâce à un statut qui est à mi chemin entre le chômage en fin de droits et une retraite au nombre de trimestres insuffisant"

A vrai dire, l'imposture semble bien partie pour continuer longtemps ...

18 avril 2018

Macron, Président de la "Startup nation" de ceux qui deviendront riches ou ... le sont déja

Gloire aux "winners" et honte aux "looser". C'est de plus en plus clairement la façon dont notre Président et sa majorité qualifient la réussite des français. Les "loosers" récalcitrants qu'ils soient salariés du public, du privé, précaires ou chômeurs n'ont pas leur place dans la "Startup nation"

Il y a peu, très en verve, Emmanuel Macron, Président de tous les français déclarait : "Une gare c'est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien". Propos tout aussi insultant que les précédentes déclarations sur les  ouvriers "illettrées" de l'entreprise GAD ou sur  les salariés de GM&S qui "devraient chercher du travail au lieu de "foutre le bordel"  direz-vous. 


En clair, il y a ceux qui font partie de la "Startup nation" ou veulent la fabriquer et les autres ! Et les autres, ça représente beaucoup de français. Qui sont-ils ces récalcitrants ?

Les salariés de la fonction publique. Vieux ennemis des économistes libéraux, d'un certain patronat et d'une partie de la classe politique, ils sont systématiquement accusés d'être des privilégiés qui refusent la prise de risque pouvant mener ... à la sacrosainte réussite !

Quel est donc le salaire moyen "mirobolant" de ces privilégiés ?

"Dans l’ensemble de la fonction publique , en 2014, le salaire mensuel brut moyen en équivalent-temps plein ... d’un agent s’élève à 2 661 euros. Déduction faite des prélèvements sociaux, le salaire net mensuel moyen ... s’établit à 2 205 euros ..." INSEE

 Pour les territoriaux : "... Les trois quarts des fonctionnaires de la fonction publique  appartiennent à un cadre d'emplois de catégorie C (ouvriers et employés, emplois d'exécution), 15% relèvent de la catégorie B (cadres intermédiaires), et 10% de la catégorie A (cadres supérieurs et emplois de direction)... Le salaire net moyen des fonctionnaires de catégorie C s’élève à 1.744 euros par mois en 2015..." Emploi Public

Viennent ensuite, chômage de masse oblige, les salariés du privé qu'on classe à présent entre "insiders" et "outsiders". En clair, les "privilégiés" qui ont un emploi même très mal payé et ceux qui n'en n'ont pas. Ainsi, il est de bon ton d'expliquer qu'au nom de la flexibilité et de la fluidité du marché du travail, chaque "insider" devrait céder sa place à un "outsider". L'ex insider étant pris immédiatement en charge et formé à une nouvelle spécialité et retrouvant le chemin de l'emploi. En résumé, un voyage permanent au pays de Candy !

Car, comme l'écrit Diana Filippova la réalité est toute autre : "...Les insiders ne sont pas ceux qu’on croit : la sécurité et le revenu reposent aujourd’hui sur le capital, les compétences pointues et le réseau. Tous les autres, qui ne possèdent que la force de leur travail, sont des outsiders potentiels... "

Mais, l'objectif de notre Président est ailleurs. En effet, il faut que les salariés de la fonction publique profitent du plan de départ présenté par le gouvernement pour aller s'épanouir dans le privé et que ceux du privé comprennent que chercher un nouvel emploi c'est "old school" !

Hé oui, que ne font-ils tous parte de la "Startup nation". Vous savez, ce "nouveau" monde où avec quelques lignes de code informatique on devient à court ou moyen (si on est moins doué) terme milliardaire. Message qui est également adressé aux couches populaires qui désespèrent de trouver une issue à leur précarité. 

Oui, mais comme l'écrit Slate : " ... Finalement, l’erreur est de s’adresser aux couches populaires en leur proposant la vision du monde et les solutions inspirées de la culture des cadres supérieurs, sans comprendre la violence qu’un tel discours génère. Telles sont les limites de la pédagogie macroniste. Le «rêve californien» se construit sur des inégalités abyssales que personne ne peut esquiver et que tout gouvernement va devoir traiter ..." 

Quant aux chômeurs, selon le Président et sa majorité, ils mettent une mauvaise volonté manifeste à retrouver un emploi. C'est pour cela qu'au lieu de recruter des conseillers pour les épauler, le gouvernement a décidé de recruter 400 nouveaux contrôleurs et de porter ce chiffre à 1000 d'ici 2020. Sans doute une incitation pour ces "privilégiés" qui touchent des indemnités à rejoindre les rangs de ceux qui fabriquent la "Startup nation"

Le social ? "Has been" ! La solidarité ? "dépassé" ! Rien que des valeurs d'une autre époque. Le "nouveau monde" de notre Président lui, trouve ses références dans les discours des libéraux du XIXeme siècle comme François Guizot auteur du célèbre : "enrichissez-vous par l'épargne et le travail" ou Benjamin Franklin : " Quiconque vous dira que la fortune peut s'acquérir par un autre moyen que le travail et l'économie est un empoisonneur public! "
 
Allez, pas de "loosers" dans la France d'Emmanuel Macron ! Car si ceux-ci veulent bien se conformer aux injonctions, l'état sait se montrer aimable à l'égard de ceux qui deviendraient riches grâce à leurs efforts ou ... qui le sont déjà.

En effet, nous rappelle Libération : "... L’OFCE a continué son étude jusqu’à fin 2019, en prenant en compte la montée en charge des différentes mesures. Par rapport à 2017, les 5 % les plus pauvres ne devraient voir leur niveau de vie progresser que de 0,2 %, alors que les 5 % les plus aisés enregistreraient une hausse de 2,2 %. Au total, ils devraient capter 42 % des gains à venir ..." 

Alors, convaincus ? J'en vois déjà qui murmurent : "Mais, c'est le président des riches d'aujourd'hui" Et pourtant, notre Président s'est défendu de cette accusation en déclarant des riches français  : « Ils se débrouillent très bien tout seuls. » Or, comme l'écrit Michel Richard dans Le Point : "... comment ? Ils n'ont pas besoin d'un président ? Ils se débrouillent très bien tout seuls ? Mais pourquoi, alors, lui président, a-t-il supprimé l'impôt sur la fortune pour le remplacer par un simple impôt sur le patrimoine immobilier ? Le président répondra qu'il avait plus en tête l'intérêt général, espérant de cet impôt revisité un investissement accru dans l'économie productive. N'empêche : les riches, pour le coup, ont eu besoin de lui et lui ne les a pas laissés se débrouiller tout seuls ..."

Allez, sceptiques de tous poils, idéalistes qui prétendent à un monde plus égalitaire ou pensent réussir leur vie sans devenir riche, jetez vos préjugés aux orties et rejoignez la "Startup nation" de ceux qui deviendront riches ou ... le sont déjà puisque, c'est la France qu'on vous propose ou plutôt ... qu'on veut vous imposer.


Crédit image

10 avril 2018

Medef et retraite : jouer la lassitude des salariés pour mieux vendre la capitalisation

Obliger les salariés à partir de plus en plus tard à la retraite en pénalisant fortement ceux qui se contenteraient de l'âge légal. Voila la proposition du Medef qui en fin de compte ne souhaite qu'une chose, lasser les salariés pour les transformer en clients des fonds de pension.

Noam Chomsky le grand linguiste américain expliquait : comment détruire un service public ? : "Commencez par baisser son financement. Il ne fonctionnera plus. Les gens s’énerveront. Ils voudront autre chose ..." C'est en s'appuyant sur cette logique que le Medef et quelques uns de ses économistes affidés veulent susciter la lassitude des salariés pour les pousser dans les bras des bancassureurs


Nous avons pour preuve, récente, l'interview que Claude Tendil a donné au journal Les Echos le 29 mars dernier

Qui est Claude Tendil ? C'est le vice-président du Medef en charge du social et c'est surtout, selon le site de l'assureur Generali France le : "... Président du Conseil d’Administration de Generali Iard" Mais aussi : " ... administrateur de Generali France, Generali Vie, Generali IARD, Europ Assistance Holding, Scor et Eramet" donc un spécialiste de l'épargne individuelle à mille lieues des systèmes redistributifs.

Claude Tendil donne dans l'interview accordée au Echos sa vision qui est donc celle du Medef, de l'âge de départ à la retraite. Extraits : "... Partout chez nos voisins, l'âge de départ se situe autour de 65 ans, voire 67 ans. Nous devons donc inciter les assurés à partir plus tard que l'âge légal, comme nous l'avons fait avec notre accord à l'Agirc-Arrco. Il faudra mettre en place une nouvelle décote suffisamment forte pour que les gens soient incités à partir vers un âge garantissant l'équilibre du système. Et cet « âge d'équilibre » peut être déterminé en fonction de l'évolution de l'espérance de vie, des paramètres économiques, etc."

En fait, rendre l'accès à la retraite de plus en plus difficile avec des perspectives de variation à la baisse des revenus des futurs retraités. Cauchemardesque non ?

Il est bien évident que le Medef sait que vieillir dans l'emploi est de plus en plus difficile puisque les seniors sont ceux qui ont le plus de difficultés à retrouver un emploi.  Surtout en ce qui concerne les chômeurs de 50 à 64 ans particulièrement touchés par le chômage de longue durée.

Si toutes les entreprises ne licencient pas forcément les seniors, bon nombre ont eu recours aux ruptures conventionnelles qui n'était en fait que des préretraites déguisées et payées par l'UNEDIC. Ce à quoi il faut ajouter la toute nouvelle rupture conventionnelle collective utilisée par PSA : "... 900 congés seniors, qui permettent à des salariés proches de la retraite de partir plus tôt tout en conservant 70% de leur salaire ..."  et qui est promise à un "bel" avenir. C'est donc dans ce contexte que Claude Tendil propose d'allonger à perte de vue le départ à la retraite. 

La proposition de monsieur Tendil est un leurre astucieux. Il s'en explique dans la suite de l'interview : "... Les salariés du privé doivent avoir accès à des systèmes de capitalisation avec sortie en rente équivalents à ceux dont bénéficient les indépendants, les agriculteurs et les fonctionnaires. Nous voulons de l'équité. Introduire de la capitalisation serait favorable à la fois pour les salariés, les retraités et pour l'économie française, car la constitution d'une épargne de long terme permet de faire des choix d'investissement structurants. Cependant, qu'elle soit individuelle ou collective, il faut que la capitalisation soit facultative ..."

La dernière phrase de monsieur Tendil est habile car, proposer, comme l'avait fait Laurence Parisot une capitalisation obligatoire donne lieu à un rejet immédiat. En proposant l'option facultative, on passe la "patate chaude" au gouvernement et à sa majorité. Car, plusieurs députés de La République En Marche travaillent actuellement sur la réorientation de l'épargne des français et un projet de loi sur les retraites doit voir le jour en 2019. PJL qui pourrait prendre en compte : "l’âge de départ et de l’espérance de vie moyenne de la génération de l’assuré". Donc, pour l'instant, tout semble raccord entre le Medef et le gouvernement. Reste à savoir si le facultatif ne pourrait pas devenir obligatoire ...

Et qui serait sur les rangs pour collecter cette épargne facultative ou obligatoire de très longue durée qui pourrait dans certains cas durer 30 ou 40 ans ? Un simple regard sur la liste des membres du conseil exécutif du Medef suffira à vous édifier. 

Fédération Bancaire Française
groupe BNP Paribas
Fédération Française de l’Assurance
et bien entendu : Generali France

Quelle épargne, les français dont le salaire moyen est de 2250 € pourraient-ils  consacrer à ce type de "retraite" ? Que se passera t-il lorsque le chômage ne permettra pas d'alimenter son épargne retraite ? Et pour finir, qui peut avoir l'impudence de prédire le rendement de tels plans d'épargne retraite sur des durées aussi longues alors que nous traversons régulièrement des crises ou krachs boursiers ? 

Résumons-nous. Dans une telle approche de la retraite, il est clair que cotiser environ 50 ans pour une retraite qui pourra diminuer au fil du temps pousserait les salariés à se tourner vers la capitalisation. Or, seuls ceux qui disposent de revenus confortables pourront se constituer (comme c'est déjà le cas aujourd'hui) un complément de revenus conséquent.

Les gagnants d'une telle approche ? vous les connaissez, bien entendu. Ce sont les banques et les compagnies d'assurances qui imaginent la formidable rente que représenteraient les frais de gestion et les revenus des placements de ce gigantesque pactole. Une raison s'il en fallait d'être particulièrement vigilants lors des propositions du gouvernement en 2019.


Crédit et copyright image 
Faujour

28 mars 2018

Europe : il est où le projet d'avenir commun ?

Si pendant longtemps, la construction européenne nous a été présentée comme la définition d'un projet d'avenir commun, il n'existe plus aujourd'hui que quelques Euro-béats pour y croire. L’obsession de l'orthodoxie financière et économique et la compétition entre pays membres qui en découle ont donné un goût amer à de nombreux habitants de l'UE. 

En marge des beaux discours des dirigeants de la Commission européenne et de certains dirigeants de pays membres, la construction et le fonctionnement de l'Europe sont de plus en plus incompris par ses habitants. Car des envolées lyriques sur l'Europe qui protège à la réalité de terrain vécue par les européens il y a une vraie marge.

Economie

Parlons des délocalisations ou en novlangue européenne des "relocalisations dans l'Union européenne". Que représentent-elles ? : "au sein de l'Union européenne, une délocalisation sur deux a pour destination un autre État membre... Et la proportion est même plus importante encore lorsqu elle est exprimée en pertes d'emplois" Source Public Sénat

D'ailleurs, certaines entreprises revendiquent ces "relocalisations" puisqu'on peut lire sur le site de l'entreprise Colt : "... le « Nearshoring » incarne la délocalisation de proximité. Les avantages pour les entreprises dans les pays de l’Europe de l’Est de l’Union européenne sont notables. Les entreprises bénéficient d’avantages financiers significatifs avec la réduction des coûts de production en comparaison à l’Europe de l’Ouest, mais aussi de facilités d’implantation avec l’usage de langues communes et d’un niveau de compétences élevé. Tout cela participe à la réussite de ce modèle d’un nouveau genre de délocalisation ..."

Du côté des "relocalisations dans l'Union européenne", en Pologne, en Hongrie et République Tchèque, le patronat pleure sur la pénurie de main d’œuvre causée par le départ
des jeunes qualifiés, attirés par les salaires plus élevés à l’ouest. "Il faut dire que en moyenne, les salaires restent malgré tout trois fois plus faibles qu’en Europe de l’Ouest" nous dit L'Usine Nouvelle

Social

Les plus ardents défenseurs de l'Union européenne actuelle argueront que celle-ci a mis en place un "socle des droits sociaux" qui : "énonce une vingtaine de grands principes, organisés autour de trois thèmes : mêmes opportunités d’accès pour tous au marché du travail, des conditions de travail équitables, et une protection sociale plus « inclusive »... pour un salaire minimum dans chaque Etat membre, qui devrait tenir compte des évolutions du niveau de vie et des besoins élémentaires des travailleurs. Et elle invite à combattre le phénomène des travailleurs pauvres ..." Source Le Monde Oubliant au passage de préciser que ces principes sont ... non contraignants

Education

Mettre en avant le sympathique programme Erasmus est bien commode pour nos politiques. Une étude de 2013 vient pourtant nous rappeler la réalité : réalisée en 2011-2012, celle-ci visait à évaluer les compétences de 5 000 individus âgés de 16 à 65 ans. Le résultat ? : "Un adulte européen sur cinq a de faibles compétences en lecture, en écriture et en calcul ..." Certes, les états sont responsables de l'éducation dans chacun de leurs pays mais Erasmus, c'est un peu court comme réponse et comme projet face au problème.

Emploi

Quid des chômeurs et précaires en Europe ? Car ce pourrait être la base d'un avenir commun que de permettre à chacun d'avoir un travail décent.

Pour les chômeurs, lisons une partie de la réponse de la Commission européenne : "...Environ 2 à 3 millions d’emplois sont non pourvus dans l’UE ... L'Europe offre des possibilités énormes à quiconque souhaite se déplacer afin d'aller de l'avant ..." En résumé, prend ta femme et tes gamins sous le bras et abonne toute la famille à Babbel.com pour parler immédiatement la langue de ton nouvel employeur !

En ce qui concerne les précaires, le site BastaMag qui a mené l'enquête  écrit : "... Mais pourquoi l’emploi précaire atteint-il de tels niveaux ? ... Dans leur entreprise de dérégulation des marchés du travail, les gouvernements européens et la Commission se sont basés depuis des années sur des hypothèses et des théories qui se sont révélées fausses et irréalistes. Les commissaires et les ministres nationaux en charge de l’économie ont systématiquement cherché à démanteler ou affaiblir les accords sociaux collectifs, combattu les syndicats et, ce faisant, favorisé les inégalités et l’insécurité au travail. Les pays de l’Union européenne sont aujourd’hui pris dans une course au moins-disant en ce qui concerne les salaires et les droits des salariés, rendant toute réponse au seul niveau national encore plus difficile... "

Alors, il est où le projet ? Il est où l'avenir ?

C'est probablement Pauline Elie qui  écrivait dans un billet publié sur Le Taurillon qui résume le mieux le malaise des citoyens à l'égard du projet européen : "...Il n’y a pas actuellement d’identité culturelle européenne. Tous les idéaux dont ce projet européen est initialement porteur, la paix, la démocratie, la défense des Droits de l’Homme, ne sont plus associés à l’idée d’Europe que la plupart de ses citoyens s’en font aujourd’hui. L’Europe a perdu de sa substance. Le fossé entre ses décideurs et son peuple se creuse. Ce dernier n’appréhende pas l’Europe comme vecteur de ses idéaux. Ces grandes valeurs humanistes, dont plus que jamais nous avons besoin, se sont effacées dans la construction européenne au profit d’impératifs économiques ..."

Alors, il est où le projet ? Il est où l'avenir ?

Christine Lagarde, directrice du FMI, qui soutient l'idée d'Emmanuel Macron de mettre en place un fonds commun "pour les mauvais jours" a voulu apporter sa pierre à l'édifice au travers d'un message des plus inquiétants : "  Citant la montée du populisme et les "appels au protectionnisme", l'ancienne ministre française de l'Économie et des Finances (2007-2011) a souligné que l'embellie de la zone euro était un moment propice pour envisager les scénarios de crise et se préparer à affronter des périodes de récession ..."

Projet, avenir ? A l'Europe, ses dirigeants et aux dirigeants de tous les pays membres de répondre avant de voir tout projet européen disparaître dans l'indifférence et le chaos. 

23 mars 2018

Lobbying Academy : les formations professionnelles made in Medef

Au Medef, on vient de créer une "Academy" pour former ses dirigeants territoriaux et régionaux aux techniques de lobbying auprès des élus, des médias et des réseaux sociaux. De la politique ? non, de la formation de militants lobbyistes.
 
 
Pierre Gattaz l'a répété lors de la dernière campagne présidentielle : "je ne fais pas de politique". Si cette déclaration a pu, à juste titre faire sourire puisqu'il ajoutait dans la même interview : "Mais je constate que François Fillon a mis l'entreprise au cœur de son programme ..." Donc, le Medef ne fait pas de politique ...

Toutefois, la visite du site du Medef propose un programme de formations qui n'est pas innocent en la matière. On découvre en se connectant sur le site une rubrique "formation professionnelle" sous titrée "Lancement de l’Academy by MEDEF : La formation des militants de l’entreprise"

Que propose cette formation ?

Extrait : "Academy by MEDEF est le nouveau programme de formations lancé en mars 2018 par le MEDEF, pour permettre à tous ceux, entrepreneurs engagés, mandataires, collaborateurs des organisations professionnelles, qui défendent l’entreprise et portent ses valeurs, d’être plus efficaces et de faire gagner les idées du monde entrepreneurial" En bas de page, on découvre un lien vers un document beaucoup plus édifiant que la courte présentation de la page d'accueil.

A qui s'adressent ces "formations professionnelles" ?

"Présidents des MEDEF territoriaux et régionaux et de fédérations professionnelles, mandataires, présidents et membres de commissions, référents économiques ainsi que les délégué généraux et leurs équipes des Medef territoriaux et régionaux et des fédérations professionnelles"

Et qu'y apprend t-on ? La formation est proposée par modules et on y trouve, entre autre : 

Politique

"Visites immersives au Sénat et à l'Assemblée nationale.
Deux   visites   distinctes   pour   un   programme-découverte   exceptionnel   au   cœur   des   deux  chambres   du   parlement   français.   Participation   aux  temps  forts  des  commissions  économiques  et rencontre avec les acteurs parlementaires
"

Médias

"L'atelier média : travailler sa relation avec les médias.
Une  plongée  au  cœur  de  la  rédaction  du  média  l’Opinion, le  quotidien  national  dirigé  par  Nicolas  Beytout,  pour  mieux  comprendre  les  enjeux  des  médias et identifier les points clés  d’une  relation  efficace avec les journalistes
"

Les réseaux sociaux

"L'atelier réseaux sociaux : maîtriser ces outils d'influence.
Les   médias   sociaux   ont   révolutionné   l’accès   à   l’information   et   les   façons  
de   communiquer.   Cet   atelier,   réalisé   chez   Linkedin,   premier   réseau   social   professionnel   mondial,   propose   de   s’approprier   ces   nouveaux   modes   de   communication, d’en comprendre les usages pour partager et diffuser efficacement nos messages
"

A quel endroit se passent ces formations professionnelles ?

Aix-en-Provence à thecamp. Description: "Au cœur de 7 hectares de nature, à la lisière d’Aix-en-Provence et Marseille, les 10 000m2 de bâtiments futuristes dessinés par l’architecte Corinne Vezzoni renvoient aux campements nomades pour leur versatilité et leur symbiose avec l’environnement" nous apprend thecamp. voir description complète de thecamp

Un regret, toutefois, nulle indication de prix sur le document. Mais parler de prix pour une formation professionnelle où l'on apprend à domestiquer les médias, à influencer les parlementaires et distiller la bonne parole du Medef sur les réseaux sociaux, ce serait une faute de goût ...


21 mars 2018

Contrôle des chômeurs : les seniors premières victimes ?

Le gouvernement a décidé de mettre en place son opération de contrôle/sanction vis à vis des chômeurs. Les seniors qui sont les plus en difficulté pour retrouver un emploi seront-ils les premiers impactés ?

Tous ceux qui sont passé par Pôle Emploi après un licenciement savent qu'une fois le rituel des documents à enregistrer, la question du conseiller tombe : "Quel est votre projet ?" Si la tentation est forte de répondre : "trouver un travail rigolo", on se contente de balbutier "je ne sais pas encore ...". Si cette question peut éventuellement avoir un sens lorsqu'on a de 30 à 40 ans, elle est terrifiante lorsqu'on à 51, 54 ou 56 ans.


Terrifiante car on sait que c'est surtout dans cette tranche d'âge que les entreprises taillent dans les effectifs. On sait que les ruptures conventionnelles ont permis aux entreprises de se séparer à moindre coût de leurs salariés âgés. En résumé, des pré retraites déguisées et indemnisées par l'UNEDIC.

La nouvelle rupture conventionnelle collective va dans le même sens comme l'expliquait La Tribune. Extraits : " ... le constructeur automobile PSA a annoncé officiellement la suppression de 2.200 emplois, dont 1.300 en rupture conventionnelle collective (et 900 dispenses d'activité pour les seniors) ... Remplacer les seniors par des jeunes, c'est l'une des critiques adressées à la RCC, malgré le contrôle de l'administration prévu sur les discriminations liées à l'âge, le dispositif peut être un dispositif « avantageux » pour les entreprises qui veulent collectivement renouveler le « savoir-faire de leurs salariés ..."

Ajoutons à cela une "douceur" mise en place par la convention d'assurance chômage 2017-2020 qui modifie le nombre de mois d'indemnisation en fonction de l'âge du chômeur. Si les conditions avant le 1er novembre 2017 était les suivantes : 3 ans maximum d’indemnisation pour celles et ceux âgés de 50 à 62 ans qui ont une durée d’emploi de plus de 3 ans. Depuis le 1er novembre c'est : 24 mois d'indemnisation ou 730 jours pour les demandeurs d’emploi âgés de 50 à 52 ans inclus (soit avant 53 ans) à la date de fin de leur contrat de travail. Source L'Humanité.

C'est dans ce contexte où le retour à l'emploi de seniors est de plus en plus difficile que le gouvernement va activer son contrôle des chômeurs. Or, ne nous voilons pas la face, très peu d'entreprises acceptent de recruter un chômeur ayant dépassé la cinquantaine. Et même si la ministre du travail claironne qu'une bonne formation ... et ça repart, il faut être bien naïf pour croire à cette légende. En fait, les seniors sont recalés pour des raisons qui relèvent de la discrimination. Paroles d'employeurs entendues par votre serviteur : "Ils ne tiennent pas le rythme ... pas assez malléables ... inadaptables ... râleurs ... trop chers ..." et pour couronner le tout, ce "chef d’œuvre" : "à cette âge là, il faut s'attendre à des maladies qui vont plomber le fonctionnement de la boîte"

Que va t-il se passer pour ces seniors lorsque les contrôleurs de la ministre vont s'occuper de leur cas alors que les conseillers de Pôle Emploi submergé de dossiers n'ont rien à leur proposer ? Leur faudra t-il aller mendier des coups de tampons dans n'importe quelle entreprise pour ne pas risquer une radiation temporaire ? Seront-ils comme l'expliquait La Dépêche orientés vers des stages pré emploi seniors dont l'issue est plus qu'hypothétique ?

Quant aux organisations patronales, on peu constater avec quel cynisme elles traitent le sujet. Exemple : Le forum emploi Seniors du 7 mars pour lequel elle déclare la main sur le coeur : "...Favoriser le recrutement des seniors. Informer les entreprises et les salariés seniors. Faire évoluer les mentalités ..." Evolution des mentalités ? Capital nous donnait le 1er mars, la vision du Medef sur l'accompagnement de ces chômeurs : "... le Medef propose de revoir leur durée d’indemnisation, notamment en fonction des besoins en formation. Ainsi, au lieu d’une durée actuelle d’indemnisation pouvant aller jusqu’à 36 mois à partir de 50 ans, l’organisation patronale propose une indemnisation évolutive suivant l’âge ..."

Pas de chance pour eux, car s'ils avaient été des "premiers de cordée" ou de "géniaux" créateurs de startup, le Président, ses ministres et les organisations patronales auraient eu des paroles réconfortantes et encourageantes. Dans l'immédiat, ils devront se contenter d'un peu plus d'angoisse au quotidien...

Crédit et Copyright illustration 

19 mars 2018

Chômage : demain tous précaires ou radiés ?

Le constat du gouvernement et de sa majorité est le suivant : les chômeurs sont des indélicats qui préfèrent, par leur insouciance plomber la timide reprise économique. Pour les transformer en "premiers de cordée", Pôle Emploi dont les conseillers croulent sous le nombre de dossiers à traiter va intégrer encore plus de contrôleurs. 


Notre Président et son gouvernement ont décidé de régler le problème du chômage de masse par la pire des façons : Expliquer que les chômeurs ne s'investissent pas dans leurs recherches alors que nombre d'emplois ne trouvent pas de candidats. Bien que prônant une nouvelle gouvernance, nos dirigeants ne font, une fois de plus, que recycler les idées de Nicolas Sarkozy et de Xavier Bertrand sur les "fameux" emplois non pourvus et les offres raisonnables d'emploi.

Que sait on des futures mesures concernant les chômeurs ? 

Selon Le Monde :  "La ministre veut aussi remodeler la notion d’« offre raisonnable » d’emploi, qu’un demandeur d’emploi ne peut refuser plus d’une fois sous peine d’être radié pour deux mois. L’« offre raisonnable » est déjà définie très précisément dans le code du travail. Dans les faits, cette loi, adoptée en 2008, n’est quasi pas appliquée, puisqu’en 2013 77 chômeurs ont été radiés pour ce motif, soit 0,01 % des 544 000 radiations totales. Muriel Pénicaud veut la rendre « pleinement applicable », dans un contexte de reprise où certaines entreprises ont des difficultés à recruter

Nous y voila ! Outre que les radiations temporaires ou définitives permettront d'améliorer les statistiques, il est question de fournir de la main d’œuvre à des entreprises ayant des "difficultés à recruter". 

De quels secteurs parle t-on ? de quels types de contrat ? de contrats de quelle durée ? 

S'ils s'agit de secteurs de pointe, il est évident que le temps nécessaire pour former les chômeurs ne permettra pas une embauche rapide. Pour tous les autres, ne paye t-on pas le fait que depuis des années les entreprises ont négligé voir abandonné toute politique de formation interne ? Aujourd'hui, on veut recruter exclusivement des gens bien formés et immédiatement opérationnels ! Ce que confirmait Le Figaro commentant une étude INSEE : "L'absence de main-d'œuvre compétente est le premier frein à l'embauche" En résumé, la formation que les entreprises n'assument plus assez ou plus du tout, c'est à l'Etat de s'en occuper puisque pour l'instant, les entreprises se pillent entre elles le personnel compétent. 

On est en droit de s'interroger aussi sur le niveau des salaires et les conditions de travail de certains secteurs d'activité qui peinent à recruter. Premier à se plaindre périodiquement, l'hôtellerie et la restauration. 

La lecture du billet d'un professionnel sur le site BlogResto apporte un certain nombre de réponses Extraits : "Pour la majorité des salariés (63 %), si les entreprises du secteur ont du mal à recruter, c'est parce que les salaires sont trop faibles .... les heures supplémentaires non payées (51 %) ... Pour preuve, je corrigeais les BTS à Toulouse, il y a 4 ans maintenant. Un des professeurs me confiait que dans certaines sections il y avait jusqu’à 50% d’abandon 3 ans après l’obtention du diplôme ...

Que dire des services à la personne qui seraient un "gisement" d'emplois non pourvus, pourquoi ne trouvent-elles pas de candidats ? 

 La République du Centre nous en donne quelques raisons dans un article de février 2018 : "seuls 10 % des salariés à domicile travaillent à temps complet. Du coup, sur un an, leur rémunération médiane est de 6.130 €/an ..." 

Quant aux CDD d'une durée de moins d'un mois, ils pullulent sur les sites d'emploi et ne peuvent en aucun cas sortir quelqu'un du chômage.  J'invite d'ailleurs les économistes et politiques qui prétendent le contraire à les occuper avant de les promouvoir.

C'est donc pour pallier aux demandes d'un certain nombre de ces "métiers en tension" précaires ou mal rémunérés que le gouvernement a décidé de recruter des "équipes chargées de vérifier que les demandeurs d’emploi cherchent activement du travail" celle-ci : "seront portées de 200 à 600 agents d’ici à la fin de l’année". Source Reuters  Equipes qui pourront, en cas de refus, radier temporairement les chômeurs.

Provocation, cynisme ou totale méconnaissance du monde du travail ? En ce qui concerne la logique actuelle du gouvernement, on serait tenté de dire les trois mon capitaine. Car, le nombre de vrais tricheurs est marginal. Selon Pôle emploi, cela représente seulement 0,4% des cas"  

Suivant votre logique, doit-on, Monsieur le Président, mesdames et messieurs du gouvernement et élus de la nation tous vous brocarder pour les malversations de certains des vôtres ? 

Le chômage est un traumatisme que j'ai connu et dont on met, en fonction de sa durée, plus ou moins longtemps à se remettre. Ajouter l'humiliation de contrôles à celle de la difficulté de trouver un nouvel emploi est purement scandaleux lorsqu'on connaît le manque de conseillers dédiés à la recherche d'emploi chez Pôle Emploi. 

Néanmoins, ce durcissement vis à vis des chômeurs n'est semble t-il qu'une étape avant le "big bang" de l'emploi. Rappelez-vous ce qu' écrivait Jacques Attali qui fut un des mentors de notre Président : "Le statut de demain, c’est celui d’intermittent du spectacle". Il n'est donc pas surprenant que vendredi dernier Le Monde évoquait l'une des pistes du gouvernement sur l'avenir de L'UNEDIC : "l'une des pistes à l'étude consistait à instaurer un système assez proche de celui qui prévaut pour le régime des intermittents du spectacle." De quoi permettre au gouvernement de revendiquer à terme le plein emploi grâce à une précarité totale ...

Illustration : Charb