13 mai 2013

43 ans de cotisations : Le cheval de troie de la capitalisation retraite !

Le Medef veut absolument repousser l'âge légal de la retraite à 65 ans et allonger la durée de cotisation à 43 ans. Ce qui, compte tenu de l'âge du premier emploi, reviendrait à condamner les salariés à partir à 70 ans ou cotiser 47 ans !

Même si Laurence Parisot vit ses dernières semaines de présidente du Medef, c'est elle qui représente l'organisation patronale reçue par Jean-Marc Ayrault, dans le cadre de la préparation de la conférence sociale des 20 et 21 juin. 

Conférence au cours de laquelle sera évoqué, entre autre, l'avenir des régimes de retraite.
Egale à elle même, elle a déclaré : « (...) Il convient, dans un objectif de moyen terme, d'allonger la durée de cotisation (...) Notre préconisation est d'allonger la durée de cotisation à 43 ans d'ici 2020 et de repousser l'âge légal de la retraite à au moins 65 ans à l'horizon 2040 (...) »

On aura beau rétorquer à notre « amie » Laurence que : L'âge moyen du premier emploi stable était de 20,5 ans en 1975, de 22,5 ans en 1992 et de 27 ans en 2009. Ce qui signifie, si on applique la demande d'allongement de la durée de cotisation proposé par le Medef, que pour obtenir le droit de partir à la retraite, à taux plein, il serait nécessaire de travailler jusqu'à 70 ans. Quant à ceux qui auraient commencé à travailler à partir de 18 ans, le report de l'âge de départ à la retraite leur ferait cotiser 47 ans pour obtenir le même taux plein ! Le tout, bien entendu dans un contexte où on dénombre 5,033 millions de français au chômage, dont moins d'un inscrit sur deux est indemnisé.

Les propos de madame Parisot sont d'autant plus cyniques que, comme nous le révélait un dossier étude de l'INSEE, en mars 2013 : « Le taux d’activité des personnes de plus de 55 ans est particulièrement faible en France, surtout pour les hommes, dont le taux d’activité est l’un des plus bas de l’Union européenne (...)  » Tout en sachant que ce taux est de 19,8% pour ... les 60-64 ans. Quant aux chômeurs de 56 à 64 ans, il leur est à la limite plus facile de gagner la cagnotte du LOTO que de retrouver un emploi !

En gros, on s'achemine vers des comptes en équilibre et des générations de retraités de plus en plus précaires. Mais que faire pour éviter ce cauchemar ?

Hé bien, très simplement en appliquant aux retraites le même système qu'à la santé. En effet, hormis être éligible à la CMU, qui aujourd'hui en France peut se passer d'une assurance complémentaire de santé privée ? 

En fonction de ses revenus il est donc possible de choisir un contrat haut de gamme ou d'entrée de gamme, ce qui à la sortie donne des résultats très différents pour les patients assurés ! Néanmoins, il faut savoir que si en 2010, les français ont versé 25,4 milliards de cotisation santé, ils ont laissé environ 22% de ces cotisations aux organismes complémentaires d'assurance maladie, nous apprend Que Choisir.  Ce qui, vous l'avouerez représente un joli pactole et surtout une jolie rente !

Or, le prochain pactole/rente que visent le Medef et ses adhérents bancassureurs c'est celui de la retraite !

Soyons logiques un instant : Il est clair qu'un jeune salarié à qui on va expliquer qu'il devra attendre 65 ou 70 ans pour obtenir une retraite à taux plein, dont l'indexation sera remise régulièrement en cause, sera sensible au fait de cotiser à un plan de capitalisation individuel,  qui pourrait lui permettre de pouvoir partir plus tôt, et dans de meilleures conditions. 

C'était d'ailleurs le sens de ce que disait l'ancien assureur Xavier Bertrand, ce matin sur Europe1, en parlant (6' 04) de la mise en place de la capitalisation retraite qui est, comme par hasard, une demande du Medef ! 


Xavier Bertrand : "Les retraités sont les... par Europe1fr


Mais, il n'y a que des avantages, vous expliquerons certains !

Pour ceux qui ont une bonne situation et de bon revenus, certainement. Quant aux autres, c'est à dire la très grande majorité dont le salaire se situe entre 1200 et 1700 €, le montant de l'épargne qu'ils pourront affecter à leur retraire privée sera faible. Et si on ajoute à celà les périodes où ils ne pourront rien épargner pour cause de difficultés familiales ou de chômage, à terme, sur une durée d'environ 45 ans, le résultat risque d'être très peu significatif. 

De plus, à part quelques charlatans, nul n'est capable de prédire ce vaudra l'argent placé durant 20, 30 et à fortiori 45 ans dans un fonds de retraite privé. Les salariés/retraités américains ruinés plus d'une fois pourraient vous en parler savamment ! 

Alors, que faire pour éviter la faillite des systèmes de retraites ?

Peut être lire plus attentivement les propositions d' Henri Sterdyniak, le directeur du Département économie de la mondialisation au sein de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) qui propose : « (...) une hausse des cotisations pour résorber le déficit des régimes (...) Pour garantir les retraites par répartition et convaincre les jeunes qu'ils auront bien une retraite satisfaisante, le gouvernement et les syndicats doivent annoncer clairement que c'est par la hausse progressive des cotisations que le système sera équilibré » Ce qui est préféré par les français à qu'un allongement de la durée ou le recul de l'âge légal de départ à la retraite.

Oui, mais les organisations patronales ont d'ores et déjà annoncé qu'elles s'opposeraient à toute augmentation des cotisations.

Et dire que la négociation n'a pas encore commencé. C'est dire s'il va falloir être vigilants !

Crédit image
Avec l'aimable autorisation de Florian Rouliès 

3 commentaires:

Stef Sam a dit…

Tu résumes bien la situation comme toujours. Le Medef et le gouvernement devront accepter de moduler le montant des cotisations, l'idee que la seule durée de cotisation comme seul levier pour financer les caisses de retraites est une supercherie, tu l.expliques bien.
La complémentaire retraite du privé devra être garantie et obligatoire pour tous, sans ça, on se dirige vers une assurance vieillesse a deux vitesses...
Et puis y a la pénibilité a prendre en compte, F'Hollande semble s'y résoudre, nous verrons bien... Et nous serons vigilants, merci pour ce billet.

Anonyme a dit…

Si le "rapport de forces" sera le mème qu'en 2010,c'est déjà plié!

nounourse a dit…

Avant de prendre pour argent comptant la seule et unique analyse qui nous est serinée dans les medias comme vérité absolue, on pourra utilement prendre connaissance d'aune autre lecture possible de la question des retraites !

[url=http://www.dailymotion.com/video/xf9neh_1-2-retraite-une-autre-version-incu_people]http://www.dailymotion.com/video/xf9neh_1-2-retraite-une-autre-version-incu_people[/url]

[url=http://www.dailymotion.com/video/xf9ngj_2-2-retraite-une-autre-version-incu_news]http://www.dailymotion.com/video/xf9ngj_2-2-retraite-une-autre-version-incu_news[/url]