03 décembre 2008

Jean-Marie Bockel : Pour aller à gauche ? ... Prenez à droite !!!

Jean-Marie Bockel ne s'est jamais senti à l'aise au Parti Socialiste. Amoureux jusqu'au ridicule de la troisième voie de Gerhard Schröder et surtout de son modèle absolu Tony Blair, il n'a pas non plus laissé un souvenir impérissables de ses motions (dont le succès d'estime reste toujours à prouver).

En bref, il s'étiolait, ayant compris que Mulhouse était trop petite pour servir de tremplin national. Aussi, lorsqu'il a rejoint le gouvernement comme Secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, de juin 2007 à mars 2008, (contrairement au départ théâtral d'Eric Besson), les élus comme les militants de gauche n'ont pas arboré le crêpe de deuil politique.

En fin de compte, l'histoire politique récente du très croyant Monsieur Bockel ressemble de près à celle d' ESAÜ qui vendit son droit d'ainesse pour un plat de lentilles

Un jour, JACOB préparait un potage (un brouet) alors qu’ESAÜ revenait de courir les champs, épuisé. ESAÜ dit à JACOB : “Laisse-moi avaler de ce roux, de ce roux-là - c’est pourquoi on l’appela EDOM - car je suis épuisé.” JACOB dit : “Vends-moi d’abord ton droit d’aînesse.” ESAÜ répondit : “Voici que je vais mourir, à quoi me servira le droit d’aînesse ?” JACOB reprit : “Prête-moi d’abord serment” ; il lui prêta serment et vendit son droit d’aînesse à JACOB.

L'idée de notre "machiavel" de Président était de destabiliser la gauche et de lui amener des voix de préférences socialistes. Mission bien illusoire en ce qui concerne notre Secrétaire d'Etat qui pris d'une inspiration prétendit «signer l’acte de décès de la Françafrique agonisante».

Mauvaise initiative sanctionnée par le Président. Bockel est viré et remplacé par Alain Joyandet qui ira présenter des excuses de la France pour ses écarts, (en compagnie de Claude Guéant et de Bruno Joubert, respectivement secrétaire général et conseiller Afrique de l’Elysée), au Gabon le 10 avril 2008, à Omar Bongo.

Il deviendra Secrétaire d’Etat chargé de la Défense et des Anciens combattants, auprès du ministre de la Défense ce qui, d'après certaines mauvaises langues, lui laisse du temps compte tenu du nombre actuel d'anciens combattants.

Las, notre homme ne pouvait pas se contenter d'un maroquin et vient de lancer de façon "tonitruante" SON parti politique. Du beau monde s'était déplacé pour cet évènement de portée quasi internationale : François Fillon, Brice Hortefeux, Roger Karoutchi, Rama Yade, Michel Barnier ou encore Yves Jego. Le congrès était placé sous le thème de "la réforme juste, condition de la cohésion sociale".

Une réunion de l'UMP en quelque sorte.

Que lit-on de cette manifestation sur le blog Gauche Moderne

400 militants ou sympathisants avaient fait le déplacement (des délégués de 20 régions étaient présents), et ont donné au Congrès une ambiance chaleureuse et animée soulignée tant par les participants que par les observateurs. Les débats ont été particulièrement riches : avec des invités extérieurs lors des trois tables rondes, « un nouveau pacte économique pour relancer le progrès social », « l’Europe peut-elle équilibrer le capitalisme mondialisé ? », « la mémoire ciment de la cohésion nationale » ; entre militants aussi pour la discussion sur le projet de texte d’orientation, prolongée jusque tard dans la nuit, permettant d’enrichir un texte adopté le dimanche matin à l’unanimité. Près de 100 adhésions ont été confirmées ou enregistrées durant ce week end, (sur place ou sur Internet) permettant à La Gauche Moderne de dépasser les 1.000 adhérents.

- Les médias ont assez largement relayé cette manifestation, chacun dans sa « ligne », favorables ou critiques, mais, de Libération au Figaro, de TF1 à Canal plus, et sur de nombreux sites du web, ils ont noté le fait que s’affirmait un parti à la gauche de la majorité présidentielle et qu’on devrait compter avec La Gauche Moderne. ... / ...

- Plusieurs ministres ont manifesté leur intérêt pour ce nouveau parti et sont venus lui apporter leur soutien, à commencer par le premier d’entre eux, qui, très applaudi, a confirmé la poursuite et l’intensification de la politique de réforme, affirmé la nécessité de « l’ouverture », souligné le rôle joué par La Gauche Moderne et Jean-Marie Bockel dans l’orientation sociale de la politique gouvernementale, et prédit que ce rôle s’accroîtrait encore.

On y croirait presque ... Le grand soir, on vous dit !!!

Mais alors nous direz-vous, et le Président de la République, IL était LA ?

Et là, déception immense. Il n'avait envoyé qu'un message dont la force et la portée vont vous faire mieux comprendre la place de la Gauche Moderne sur l'échiquier politique

MESSAGE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE AU CONGRES FONDATEUR DE LA GAUCHE MODERNE - 29-30 NOVEMBRE 2008 - SURESNES

Chers Amis, C’est avec grande joie que je m’associe à la fondation de votre parti et que je salue tout particulièrement Jean-Marie Bockel qui l’a voulu avec force et ténacité. Vous le savez, la France, l’Europe et le monde traversent une crise financière et économique sans précédent, historique dans les bouleversements qu’elle génère. Le rassemblement de toutes les énergies de notre pays est donc plus que jamais nécessaire. Au moment de créer votre parti, vous vous placez dans une continuité, dans une tradition de gauche qui ne sont pas les miennes. Mais je respecte votre identité. Lorsque j’ai été élu Président de la République, j’ai souhaité l’ouverture. Je veux continuer dans cette voie. Et même aller plus loin aujourd’hui. Pour répondre à la crise, les Français ne veulent pas qu’on arrête le mouvement des réformes que nous avons engagé. Ils refusent l’immobilisme. Ils veulent le changement. Pour cela, il nous faut être rassemblés. J’ai dialogué avec les responsables de la gauche européenne. J’ai trouvé auprès d’eux la même volonté de transformer la société que je trouve aujourd’hui auprès de vous. Ce que vous appelez « la réforme juste » c’est le besoin de modernisation et d’équité que ressentent les Français. Je le ressens comme vous. Je sais que je peux compter sur vous. Vous savez que vous trouverez dans la majorité, écoute et respect. Je souhaite que la gauche moderne rassemble tous ces Français de gauche -éloignés et las des querelles subalternes et dépassées- qui veulent refonder la politique et construire la France du 21ème siècle.

J'en entend qui disent déja, "il s'est pas foulé cette fois Henri GUAINO"

Pour le discours du nouveau président de ce parti, les afficionados pourront le lire en intégralité sur le blog Gauche Moderne

Nous ne résistons toutefois pas de vous livrer l'intégralité de la rubrique "Qui sommes-nous ?"

Qui sommes nous? La Gauche Moderne est un nouveau mouvement politique fondé par Jean-Marie Bockel. Elle revendique son identité sociale-libérale. De centre gauche, elle soutient et nourrit l'action réformatrice du gouvernement. Elle favorisera les dynamiques d'ouverture lors des prochaines échéances électorales.

Si c'est pas de l'ambition ça ?

Et nous terminerons sur la conclusion du discours de Jean-Marie Bockel

Je voudrais ici, maintenant, saluer l’action du Premier Ministre, saluer son courage, sa pugnacité, sa rigueur et sa ténacité sur le terrain des réformes dont notre pays a besoin. Saluer celui qui a su prendre sur lui, dans les moments les plus difficiles, pour rappeler l’ardente obligation, l’urgence et la nécessité de la Réforme. Mais je voudrais aussi saluer celui qui, depuis le premier jour, a témoigné sa confiance et son soutien à la démarche de la Gauche Moderne. Oui, je lui dis ici, en votre nom, merci.

Nous tenons ici un vrai congrès, d’un vrai parti de gauche, c’est à dire qu’avec le millier d’adhérents, qui seront bientôt plus de 1500, avec plus de 150 élus lors des dernières élections municipales, et ceux qui nous ont rejoint depuis, nous avons de vrais débats autour de nos textes, autour d’idées, de conceptions, de propositions pour l’avenir, pour le pays, pour l’Europe. Nous n’avons pas de querelles de préséance, pas de ces médiocres batailles sur des questions subalternes ... / ...

La préparation de notre congrès à été l’occasion que se construise notre parti là où il n’existait pas encore. Il faut reconnaître qu’un vrai courant d’adhésions spontanées, s’est manifesté et se renforce ces derniers jours. Nous avons installé des coordinations régionales dans 20 régions, en Métropole et Outre-mer, dans 45 départements se sont constitué des fédérations départementales actives, qui dès maintenant sont sur le terrain . ... / ...

Nos idées ne cèdent pas à la démagogie de l’extrême gauche, avec ses slogans, en apparence généreux, comme l’interdiction des licenciements. Il est mortifère pour un parti de gauche, qui se voudrait responsable, de reprendre ces slogans irréfléchis, avec l’ambition de gouverner. Car c’est l’échec assuré. Et jamais une majorité de Français ne voudra tenter un échec si clairement annoncé.

Ces derniers jours on m’a beaucoup demandé : « mais au fond, pourquoi ne pas rejoindre la grande fédération des centres en constitution, ce sont comme vous des gens pragmatiques, responsables, européens, sensibles à la question sociale ».

Je répondrai, c’est vrai, sur nombre de sujets nos avis, nos propositions sont voisines, et humainement, force est de constater que nous nous entendons très bien ! ... / ...

Vous le comprenez bien, si c’est une formation toute jeune qui nait aujourd’hui, c’est aussi une formation solide, ancrée dans son histoire, ancrée aussi dans ses alliances, alliances faites de libre adhésion et qui parce qu’elle est libre s’inscrit dans la durée.

Au fait, Bernard Kouchner, Eric Besson ou Fadela Amara devaient avoir des obligations ou piscine ou tennis pour avoir raté l'évènement de cette Gauche Moderne.

Y a pas à dire Etre de gauche à l'UMP c'est un métier ...

Crédit photo
Rue 89

3 commentaires:

Infocrate a dit…

Une preuve supplémentaire de la méfiance INDISPENSABLE à manifester à l'égard du mot "Moderne".

Et particulièrement lorsqu'il est utilisé en Politique...

Anonyme a dit…

Jean-marie bockel se prend pour Jésus mais lui : c'est avec la multiplication des adhérents...

Il en pleut !!!

Amen

Anonyme a dit…

C'est vrai que 400 adhérents pour un nouveau parti, ce n'est plus de la pluie, c'est un raz de marée ... basse