10 février 2009

Le "gentil" Xavier Bertrand deviendrait-il rebelle ?

Xavier Bertrand a toujours été mal aimé par beaucoup de ses ex collègues du gouvernement qui le traitaient de" fayot"

Petit rappel des circonstances :

Les ministres au banc d’essai ! C’est l’objectif fixé à notre jury de personnalités, qui s’était déjà attelé à cette tâche en décembre 2007. Et le classement a bien évolué, marqué par de nette ascensions et de rudes chutes. Les français ont également une perception différente du gouvernement, selon notre sondage Ipsos.

Et le gagnant est... Xavier Bertrand. Pour la deuxième fois il arrive en tête du classement des membres du gouvernement établie par un jury de personnalités réunis par Le Point. Le ministre du travail reçoit ses lauriers alors qu’il défend une réforme qui n’a pas l’heur de plaire aux organisations professionnelles et est combattue à coups d’amendements multiples par les socialistes au Parlement.

Le satisfecit est d’autant plus flatteur qu’il vient d’un jury politiquement équilibré, où l’on trouve des sensibilités de gauche comme de droite et du centre. Le secrétaire adjoint de l’UMP semble avoir eu raison d’engager une épreuve de force avec les syndicats. [...] Dans le sondage Ipsos que nous publions également cette semaine, Bertrand progresse en effet de 7 points. De quoi énerver ses ennemis, qui sont nombreux - La Lettre en ligne de Xavier Bertrand - 16 juillet 2008. -

Oui, mais aujourd'hui, Xavier Bertrand est devenu le CHEF de l'UMP.

Monsieur Bertrand qui, lorsqu'il était ministre savait se mobiliser médiatiquement pour des causes importantes comme les parachutes dorés

Après s’en être pris la semaine dernière aux niveaux trop élevés des rémunérations de certains dirigeants, Xavier Bertrand, le ministre du travail, a estimé hier sur Canal plus que les organisations patronales devaient trouver « une solution rapide » au problème des parachutes dorés. [...] « Ca fait trois ans et demi qu’ils sont sur le problème », a déclaré le ministre, précisant que, si les organisations patronales n’avaient pas de solutions, l’UMP feraient des propositons. [...] Dans le milieur patronal, ces déclarations surprennent. - Source La Lettre en ligne de Xavier Bertrand - 23 juin 2008

On sait que le MEDEF s'en est, à l'époque, tiré en inventant en toute catastrophe, un code d'éthique.Une fois de plus, Monsieur Bertrand prouvait qu'il était beaucoup plus facile d'imposer le démantèlement du code du travail par voie parlementaire que d'imposer quoi que ce soit aux organisations d'employeurs.

Néanmoins, toujours à la pointe du social, comme il l'a montré dans sa précédente mission, notre chef de l'UMP a décidé de remonter au créneau des salaires patronaux. En effet : le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand a souhaité dimanche une réduction des écarts de salaires dans les entreprises entre les patrons et les salariés.

Le ton se veut rebelle, pour ne pas dire "révolutionnaire"

"Les écarts de salaires sont parfois complètement extravagants", a-t-il estimé lors du "Grand Rendez-vous" sur Europe-1. "Plutôt que chercher un nivellement, est-ce qu'il ne faut pas plutôt pouvoir augmenter les salaires?" "C'est un sujet que je mets sur la table aujourd'hui. J'aimerais avoir la contribution des uns et des autres"

L'ancien ministre du Travail a ainsi souhaité qu'il n'y ait "pas d'augmentation de salaire pour quelques-uns s'il n'y a pas d'augmentation de salaire pour l'ensemble des salariés".

Xavier Bertrand a par ailleurs indiqué que l'UMP déposerait une proposition de loi si les entreprises n'appliquent pas les recommandations de l'AFEP (Association française des entreprises privées) et du MEDEF (Mouvement des entreprises de France) sur les rémunérations des dirigeants. "Les recommandations ont été écrites, elles ont vocation à être respectées, et si elles ne le sont pas, dans ces cas-là, il faudra légiférer, et l'UMP fera des propositions de loi pour qu'il n'y ait plus d'excès"

Pour le secrétaire général de l'UMP, "les patrons vont devoir gagner des sommes beaucoup plus raisonnables à l'avenir. Il faut en finir avec ces bonus extravagants. C'est une question de meilleure répartition des richesses". Xavier Bertrand a jugé ces mesures indispensables pour éviter un "divorce entre les salariés et les dirigeants, entre les salariés et les entreprises".

Du Besancenot dans le texte !!! Un rapprochement entre l'UMP et le NPA en vue ?

Ce qui est gênant pour notre rebelle, c'est que le Président de la République a déclaré jeudi dernier

"Je ne suis pas trop pour une règle générale", a-t-il néanmoins ajouté. "Faire une règle pour mettre tout le monde sous la toise, je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure formule", a-t-il fait valoir. Il s'est dit "plus choqué par le système de rémunération (...) des traders que des présidents de banques". "C'est ça qu'il faut interdire", a-t-il fait valoir. Mais "l'intérêt de la France, c'est d'avoir les meilleurs managers", a-t-il dit, et "s'ils gèrent bien leur entreprise (...) il est normal qu'ils gagnent de l'argent et même beaucoup d'argent"

Toujours à l'affût, son prédécesseur à la tête de l'UMP et néanmoins ministre de la Relance Patrick Devedjian, interrogé sur Radio-J, a pris ses distances avec les propositions de son successeur à la tête de l'UMP. "Dans notre pays, la liberté des salaires est un principe et je pense qu'il va demeurer", a-t-il estimé.

Patrick Devedjian a justifié les salaires élevés des grands patrons par la "compétition mondiale". "Les bons dirigeants d'entreprise, il n'y en n'a pas tant que ça. Si vous vous interdisez d'être concurrentiel sur le marché international, vous allez avoir des problèmes de management", a considéré le ministre. - Source Nouvel Obs

Allons nous vers des sanctions ou une rupture entre le patron de l'UMP et l'Elysée ? On en tremble !!!

Rassurez-vous braves gens. Notre rebelle a pris la précaution de déclarer dans une interview sur le site de l'UMP

Question : Approuvez-vous le plafonnement des rémunérations des dirigeants d'entreprise ?

Xavier Bertarnd : Certains systèmes doivent être totalement revus, notamment pour les traders, mais un plafonnement systématique n'a pas de sens. On ne peut pas traiter de la même façon un Bill Gates et un Bernard Madoff ! et Martin Bouygues, Bernard Arnaud, Aranaud Lagardère, Vincent Bolloré, .....

Ouf, les français peuvent se rendormir. La crise "sociale"est passée. Néanmoins, nous conseillons au "gentil" Xavier la lecture du texte unitaire du mouvement du 19 mars publié ci-dessous. A moins qu'il n'ait décidé de se joindre lui même aux manifestations ...

Crédit montage - Avec leur aimable autorisation : Karine Villard & LoboFakes

2 commentaires:

Olive a dit…

Comme tu dis le chien chien à son Sarko se rebelle, c'est vrai que les parachutes dorés faudrait en finir mais cela dure car trop d'amis à Sarko en profite.
Je me pose la question, Bertrand n'aurait il pas des envies maintenant qu'il dirige plus ou moins l'UMP de détrôner son mentor.

b.mode a dit…

Clair ! XB se rapproche dangereusement de Besancenot !!! ;)