04 février 2009

Lettre ouverte d'un nouveau demandeur d'emploi au Président des français

Monsieur le Président, vous allez prendre la parole jeudi. Vous allez très certainement axer votre intervention sur la montée du chômage et les "formidables" réformes déjà engagées et celles incontournables dont vous exigez la mise en place.

Justement, parlons en des ces réformes dans le domaine de l'emploi.

- Après avoir remis en cause le code du travail à la demande des organisations d'employeurs qui, une fois de plus vous chantaient la chanson du "Pour embaucher, il faut pouvoir licencier plus facilement".
- Après avoir augmenté la durée de cotisation pour la retraite en sachant que notre pays compte le plus grand nombre de plus 50 ans sans emploi (voir Medef)
- Après avoir visité la France des usines que vous "adorez" et ne plus pouvoir vous y rendre sans un cordon de police permanent,
- Après avoir décidé qu'il était nécessaire de faire travailler les gens le dimanche "puisque c'est le cas des pays étrangers que vous avez visité"
- Après avoir provoqué les salariés par l'humiliant : "Aujourd'hui lorsqu'il y a une grève en France plus personne ne s'en aperçoit"
- Après avoir évoqué puis zappé le scandale des paradis fiscaux
- Après avoir montré votre impuissance ainsi que celle du gouvernement à empêcher les entreprises de partir là où le dumping social et fiscal

Vous allez selon toute logique nous déclarer que tout le gouvernement est mobilisé pour sauvegarder l'emploi. Mais que sait-on au gouvernement du chômage et des chômeurs à part des chiffres tronqués ou améliorés fournis par l'INSEE ?

Nul doute qu'Henri GUAINO a déjà écrit la majeure partie de ce vous déclarerez à tous ceux qui sont sans emploi ou vont le perdre.

Nul doute que vous retrouverez les accents de votre campagne pour fustiger les inconscients qui ont ruiné l'économie (et dont un certain nombre étaient les plus fervents défenseurs de votre candidature)

Par contre, cette fois, il ne se trouvera aucune référence à Edgar Morin, Guy Môquet ou Jean Jaurès qui puisse vous exonérer des choix de socité que vous avez fait pour la France. Invoquer la crise mondiale ne suffira pas. En effet, toujours prisonnier de votre loi TEPA (travailler plus pour gagner plus pour les plus modestes et payer moins pour gagner plus pour les plus aisés) vous avez voulu appliquer au pays une cure de mauvais libéralisme conseillé en cela par les plus extrêmes des économistes, des grands patrons et de leurs cercles ou think tanks.

Savez-vous, vous même ce que ressent le salarié à qui on annonce que dans quelques jours ou heures, il ne viendra plus travailler ? Il est clair que vos nombreux collaborateurs vous font parvenir des notes sur l'Etat des faillites ou dépôts de bilan mais certainement pas sur ce qui attend celui qui pour des raisons de spéculation financière va découvrir votre nouveau pôle emploi.

La première sensation d'incrédulité passée, c'est toujours la peur (et non pas l'angoisse, le nouveau joli "mot" des ministres) qui survient

- Peur de ne rien retrouver pour des raisons d'âge, de compétences, d'origine ou simplement d'emploi localement
- Peur de ne pas pouvoir assumer ses engagements financiers auprès des banques ou organismes de crédit (ils vont bien et vous en remercient)
- Peur de ne pas pouvoir payer son loyer
- Peur de se voir imposer des stages parking et des obligation impasses
- Peur de la désocialisation (voir les autres partir et revenir du travail) est la pire des tortures)
- Peur d'apprendre que la durée et les conditions d'indemnisations soient revues à la baisse
- Peur de la durée de cette absence du monde du travail
Et enfin : peur de la dégringolade sociale qui peut aujourd'hui mener au RSA puis à la rue.

Ensuite, il y a la honte

- Lorsqu'on se retrouve entre amis ou en famille d'être le seul sans emploi et ne rien avoir à raconter
- Du regard compatissant ou sévère de ceux qui connaissent votre situation
- De devoir encore diminuer ses achats (si c'est encore possible) les plus essentiels
- Provoquée par les remarques ou déclarations d'élus ou de ministres qui expliquent que de l'emploi il y en a partout alors que personne ne répond à vos courriers
- De faire état de son échec devant les conseillers de l'ANPE
- D'aller quémander de l'aide auprès des services sociaux ou des associations
- Que provoque le refus gêné des gens que vous connaissez et qui brutalement ne vous prennent plus au téléphone ou ne vous reçoivent plus

Puis la colère

- Parce qu'on ne peut parler à personne de son problème (tellement de gens ont le même)
- Parce qu'on vous explique que : La mondialisation, la concurrence et ... la crise
- De savoir que vous n'êtes pour rien dans la perte de milliards de milliards
- D'apprendre que les budgets de fonctionnement de l'Elysée et des assemblées continuent à augmenter
- D'entendre que les seuls gisements d'emploi actuels sont des postes à quart temps source d'un nouveau prolétariat
- De comprendre que :" c'est dommage mais qu'on fait pas d'omelette sans casser d'oeufs" et que les oeufs ... c'est vous

Saviez-vous tout cela ?

C'est possible, comme le prétendait une partie de votre slogan de campagne. Il n'en reste pas moins que la seule justification d'un état et de ceux qui le dirigent est de pourvoir à l'avenir de ses citoyens. Et ça, nous n'avons pas l'impression que ce soit inclut dans votre mode de fonctionnement. Les syndicats que vous espériez mettre au pas, voir laminer, semblent cette fois-ci comprendre que la pression populaire pourrait les ignorer et mettre à jour frustrations et colère en direct.

Vous avez déclaré : "J'aurai l'occasion d'y répondre (aux inquiétudes se manifestant dans le pays), mais pas au prix de l'immobilisme, pas au prix du conservatisme, pas au prix du refus d'une évolution qui condamnerait le pays à ne pas créer les emplois dont nous avons besoin"

Très honnêtement, après avoir pris connaissance des 1000 projets lancés par votre Premier Ministre (et qui sont les cartouches qui étaient prévues pour 2010-2011) on se dit que le conservatisme et l'immobilisme sont deux qualités que vous continuez à cultiver.

Au lieu de croire que vous pouvez réformer le capitalisme et "adapter" les populations à des sous emplois, sous payés, vous devriez, justement faire preuve de modernité en décidant de basculer dans une nouvelle ère où l'Etat, faisant fi de la seule théorie des pouvoirs régaliens reprendrait ses droits pour donner la priorité aux hommes au détriment des projets individuels sans autre avenir que celui de l'enrichissement et la spoliation.

En êtes-vous capable ? Sincèrement je n'y crois pas une seconde.

Crédit et copyright montage
Sarkoshow
Crédit et copyright dessin
HUB


11 commentaires:

Etiam Rides a dit…

Ne t'inquiète pas Sarko, personne ne pense que tu es conservateur. Tu es un réactionnaire sous le règne de qui la redistribution des revenus du travail vers le capital n'a jamais été aussi forte.

Après le paquet fiscal, les 400 milliards aux banques sans contrepartie. Pour les autres, des appels à la patience et à la raison.

Mais les gens voient clair dans ton jeu désormais et ne se paieront pas de mots, je le crains pour toi (et l'espère pour eux)

elmone a dit…

ca c'est dit.

Ca m'a fait beaucoup de bien de vous lire. Ayant connu les affres du chômage, il y a 3 ans, je suis de tout coeur avec vous.

Sophie a dit…

Oui je me retrouve aussi dans ce que tu dis ... C pas facile tous les jours mais faut garder le courage ... Et puis nous on est la !

POISON-SOCIAL a dit…

Bravo !

Marin de Loire a dit…

Et pour compléter ce post malheureusement tellement juste, une petite précision. J'ai entendu ce matin sur Inter que Sarkosy venait de mettre fin aux Allocations Forfaitaires de Formation, qui permettaient de toucher un petit salaire (environ 500 Euros, mais c'est toujours ça) durant toute la durée d'une nouvelle formation proffessionelle. Pour en avoir profité jusqu'au mois d'Avril 2008, j'ajoute que c'est ce qui m'a permis, à 37 ans, d'entamer des études d'infirmier. Après trois ans et demi d'études, j'ai obtenu mon diplôme d'état et un CDI d'infirmier en psychiatrie. Alors oui, c'est sur du long terme, mais je suis aujourd'hui (pour l'instant)rassuré quant à mon avenir proffessionel, de même que 6 camarades dans le même cas. Il serait temps que la "démoctature" Sarkosienne pense enfin sa politique sur le long terme (ou pense, tout simplement)et cesse ses réformes purement comptables et mésquines.

Infocrate a dit…

"(...)vous devriez, justement faire preuve de modernité en décidant de basculer dans une nouvelle ère où l'Etat, faisant fi de la seule théorie des pouvoirs régaliens reprendrait ses droits pour donner la priorité aux hommes au détriment des projets individuels sans autre avenir que celui de l'enrichissement et la spoliation."

De l'art de rétablir, brillament, les choses.

Ou comment réattribuer aux uns et aux autres, leur juste place:
"Réacs immobilistes voire rétrograde de la Nouvelle Droite Extrême" contre "Partisans d'une réelle avancée, de Gauche"...

Merci de "démonter" cette rhétorique trompeuse qui dénature le sens des mots.

Mustapha Kamel a dit…

C'est fort, c'est juste et c'est profond.

Bravo !

Serez-vous entendu ? ... je l'espère.

POISON-SOCIAL a dit…

Mustapha, entendu, sans aucun doute, compris et écouté, c'est une autre histoire, et si réponse éventuelle, ce sera : "bla, bla, bla, bla, bla... et bla, et blablabla..."

Mustapha Kamel a dit…

Après avoir écouté, compris et analysé ce qu'a dit celui à qui cette lettre a été adressée, je ne crois pas que l'on peut réellement parler de "bla bla bla..."

SensiZen a dit…

Le style est parfait, le texte est vrai et profond, mais le moral au plus bas. Boris vian avec sa chanson sur le déserteur n'a pas fait mieux.
De tout coeur avec toi. Bon courage et au plaisir de continuer à te lire.

Auxi a dit…

"N'avoir rien à dire quand les autres parlent boulot" ?!

Mais ce sont EUX qui n'ont rien à dire !

LISEZ ENFIN PAUL LAFARGUE, MERDE !!!