17 décembre 2009

Christine Lagarde ne se sépare jamais de son coach du "Paris mondain" !

"La femme qui fait respirer Christine Lagarde" titre l'Express en parlant de Mariella Berthéas qui serait selon le magazine : "une proche conseillère de Christine Lagarde. qui lui a ouvert les portes du Paris mondain"

Encore un conseillère de prince ou une coach "exotique" du même tonneau que celle qui s'occupait de la forme physique du couple présidentiel ?

Personne n'a oublié Julie Imperiali, la coach du couple Sarkozy, qui s'était répandue dans la presse, notamment anglaise, où elle décrivait le type de coaching qu'elle leur prodiguait :

"Madame Imperiali explique que la méthode qu'elle utilise est centrée sur les muscles du bassin, ce qui selon elle "donne un corps et un esprit plus sain tout en améliorant la vie sexuelle de tous ses clients." ce sont ses derniers mots qui font dire d'elle qu'elle est la "sex-coach" de Nicolas Sarkozy. (Voir pour les anglicistes article et photos du Times online) - Source I-actu

Depuis cet emballement médiatique, la coach se fait discrète comme nous l'explique Le Progrès ...

En ce qui concerne Christine Lagarde, il semble qu'elle ne connaisse pas de soucis de forme physique puisque, outre, avoir pratiquée la natation synchronisée (médaille de bronze au championnat de France), elle s'adonne aujourd'hui au Yoga, à la natation, à la gym en salle et surtout à sa passion de la plongée sous-marine.

Mais alors direz-vous, dans quel domaine Mariella BERTHÉAS agit-elle auprès de la ministre ?

L'Express nous donne une des premières clés : "Elles se sont rencontrées en 2005, lorsque l'avocate revient des Etats-Unis: "Je ne connais plus grand monde à Paris !" lance-t-elle devant quelques amis. "Moi, je connais tout le monde, je peux t'aider si tu veux", lui répond celle qui a fait du mécénat d'entreprise le combat d'une vie"

Mais qui est donc cette bonne âme ?

Selon le Who's Who : "Mariella BERTHÉAS est Conseil en communication au Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi"

Sur le site du Gouvernement, à la page du cabinet de Christine Lagarde, elle est : "Chargée de mission (J.O. du 25/07/07)"

Mariella BERTHÉAS, écrit. Ainsi, on peut lire sur le site Price Minister la présentation du livre : "Faire danser la vie" : "A ceux qui ne connaissent pas encore Mariella Berthéas, on pourrait dire : c'est une femme très singulière, drôle, généreuse, et dont l'enthousiasme assez dément n'a laissé que de bons souvenirs dans le coeur de ceux qui l'ont croisée à Paris, à New York, ou au Pays basque... Et à ceux qui la connaissent un peu mieux, faut-il rappeler que, depuis plus de vingt ans, cette femme a du génie pour détecter les audacieux, les utopistes, les amis du possible ? Et qu'elle est devenue, pour eux, une merveilleuse complice, une nounou politiquement incorrecte, une banque d'énergie ? ... / ... "

Un peu moins poétique, le Nouvel Economiste lui a consacré l'un de ses portraits en 2003 (extraits) :

" L’irrationnel est entré dans le monde de l’entreprise. Séductrice, provocatrice, cette femme de cœur a développé le mécénat des sociétés, forçant la porte des grands groupes, convainquant les dirigeants de l’opportunité d’une démarche culturelle. Directe parfois jusqu’à la maladresse, généreuse et attachante, l’entremetteuse utilise son carnet d’adresses et son tempérament pour faire basculer les grandes marques du tout-économie au tout-humain. Rencontre avec une défricheuse des temps modernes. ... / ... opportuniste, Mariella Berthéas sait l’être : des 3 Suisses à Séphora, de l’Espace Kronenbourg à la Fondation Jacques Douce, elle s’attache les faveurs des grands groupes industriels et publicitaires ... / ... A l’adolescence, elle découvre le parisianisme lors d’un séjour à Biarritz. Les jeunes gens défilent en Austin Cooper autour du Café de Paris. Ils ont pour nom Hennessy, Guerrand-Hermès, Rosnay, d’Hauteville… Mariella se fait la promesse d’intégrer une société qui lui échappe. « Je voulais connaître des stars. » ... / ... A la faculté de Lyon, elle découvre « le pouvoir des castes sociales ».... / .. De ville en ville, elle s’invente des petits métiers : « Je me suis autorisée plein de folies, plein d’expériences en dehors de mon pays.

L'Express va plus loin puisqu'il écrit : "... / ... Ex-gogo-danseuse, ex-vendeuse de machines à coudre sur le trottoir de la rue de Rennes, au coeur de la capitale, elle a la gouaille des titis parisiens et l'entregent d'une mondaine du XIXe siècle. "Je suis une snob qui adore les marginaux", résume-t-elle .. / ... "

Nouvel Economiste "... / ... En dehors des fondations d’entreprise, Mariella a également laissé son empreinte dans la société parisienne .... / ... Peu de Parisiens ont échappé au carnet d’adresses de cette "connecteuse" aguerrie. ... / ... "

Loin des fondations et des actions de sens : "Aujourd'hui, elle organise beaucoup de dîners "out of the box", soucieuse de maintenir le contact entre la vie de ministre et la vie réelle. Depuis son bureau de Bercy, elle "crée du lien" dans l'équipe, réunit régulièrement ce petit monde autour de déjeuners à thème: "la politesse", pour le dernier.

Chaque matin, elle fait le point sur les sujets du jour avec les collaborateurs concernés. Impose des pauses dans l'agenda. Choisit des expositions, des livres que son amie aura le temps de lire - Le Fusil de chasse, d'Inoué, qu'elle lui donnera pour Noël.

Le dimanche, chez elle, elle invite encore, prépare des "déjeuners bio" pour une dizaine de femmes. Ces dames papotent. "Et... comment vous la trouvez, Christine Lagarde ?" finit toujours par demander la maîtresse de maison, l'air de rien. Car le produit peut avoir toutes les qualités, l'essentiel consiste à savoir le vendre - Source L'Express

Elle doit être drôlement efficace, Madame Berthéas, en termes de joie de vivre communicative, lorsqu'on voit Christine Lagarde lors de ses interventions ou interviews !

En cette période de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, notre bonne éducation nous empêchera d'ailleurs, de poser la question du montant du salaire de Mariella Berthéas, dont les qualités, nous semblent essentielles, à la bonne marche du Ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi !

En attendant que notre économie, nos finances et l'emploi soient illuminés par la joie de vivre, nous pouvons proposer à Christine, si elle le souhaite, de rencontrer les chômeurs qui dépendent de son ministère.

La rencontre pourrait avoir lieu au cours d'un déjeuner dans un Pôle Emploi où, elle pourrait, "sans chichi", deviser et se faire des relations avec des gens qui, bien qu'un frustes, sauront se tenir, pour peu qu'elle leur fournisse ... les coordonnées personnelles de Mariella Berthéas et ... des paniers repas bios.

Crédit Photo
L'Expansion
EcoRue89

1 commentaire:

Peejay Li a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.