14 décembre 2009

La légende des Chef d'Etats : Mais quel a été leur premier job ?

Il est toujours intéressant ou amusant de mieux connaître ceux qui nous dirigent et définissent notre quotidien et notre futur.

Si beaucoup de Chef d'Etat soignent leurs biographie, jusqu'à utiliser des hagiographes ou faire nettoyer certaines archives les concernant, il n'en reste pas moins qu'on arrive toujours a apprendre des choses sur leurs habitudes ou leur passé.

Lorsqu'on les entend parler d'économie ou d'emploi, on se demande souvent quel a été leur parcours et surtout, en pensant à l'emploi des jeunes, quels furent leurs premiers boulots.

Et bien, l'Internaute, s'est amusé, dans un dossier spécial à nous dire ce qu'ils : " faisaient avant de s'engager en politique ? Des petits boulots aux grandes responsabilités, découvrez les premiers jobs de 30 chefs d'Etat et quelques anecdotes inattendues .. / .. Avocat, médecin, enseignant, ou même prêtre, fleuriste, chanteur, trompettiste ou vendeur de cacahuètes... Il y a une vie avant un mandat de président ou de chef de gouvernement. Nicolas Sarkozy, Barack Obama, Vladimir Poutine, Gordon Brown, Silvio Berlusconi, Angela Merkel ... "

Le tout, présente 31 portraits, dont nous vous donnons quelques exemples ci-dessous

Angela Merkel : Physicienne et chimiste La chancelière allemande fait partie des rares personnalités politiques du moment à être issue du monde scientifique. Docteur en physique dès 1986 grâce à une thèse sur le "Calcul des constantes de vitesse des réactions élémentaires des hydrocarbures simples" (sic) passée à l'université Karl-Marx de Leipzig, elle exercera son activité de chercheur pendant les quatre années suivantes. La future femme politique s'intéresse alors à une science bien particulière, la très compliquée physique quantique qui est la toute dernière grande théorie physique du 20e siècle. Recrutée, comme la plupart des étudiants est-allemands dans les Jeunesses libres allemandes, elle y gravira les échelons entamant ainsi très jeune une nouvelle vie.

Barack Obama : Consultant financier

Il préfère certainement que le monde entier le voie comme un travailleur social à Chicago. Mais ce n'était que son second job... Dans sa biographie officielle, "Les rêves de mon père", Barack Obama raconte qu'une fois son diplôme de science politique en poche, c'est au sein de la Business International Corporation qu'il a effectué son premier job. En tant qu'assistant dans le pôle financier, il était chargé entre autre de collecter des informations sur les marchés internationaux puis de rédiger des bulletins destinés à aider les entreprises américaines délocalisées à prendre les meilleures décisions. Un travail qu'il poursuivra dans d'autres cabinets avant d'intégrer Harvard. Dans son ouvrage biographique, Barack Obama n'hésite pas à qualifier ce premier job "d'espionnage"...

Vladimir Poutine : Agent du KGB

La première vie de Vladimir Poutine est digne d'un scénario de James Bond. Après une formation en économie, le Premier ministre russe intègre les rangs des services secrets (KGB) où il sert pendant 15 ans au sein des services des renseignements extérieurs en Allemagne, en Autriche et en Suisse. En 1985, il est envoyé à Dresde en Allemagne de l'Est sous la couverture de directeur de la "Maison de l'amitié germano-soviétique". Un secret quasi total règne aujourd'hui sur l'ensemble des missions qui lui furent confiées à l'époque. Mais tout porte à croire qu'il les a menées à bien. Après avoir démissionné du KGB en 1991 avec le grade de lieutenant-colonel, il devient un membre éminent du conseil municipal de Saint Petersbourg où il entamera sa carrière politique.

Ioulia Timochenko : Patronne d'un vidéo club

Née dans l'ex-URSS, la responsable du gouvernement ukrainien est titulaire d'un diplôme d'économie en technologie cybernétique. A la sortie de ses études, Ioulia Timochenko s'est vue confier par l'Etat soviétique la responsabilité de travailler en tant qu'ingénieur économique dans une usine de machines-outils de la ville de Dniepropetrovsk. C'est donc dans l'industrie que la future égérie de la révolution orange commence sa carrière professionnelle. Mais en 1989, avec son mari Oleksandr, changement de cap : le couple décide d'ouvrir un magasin de location de vidéos avec un emprunt de 5000 roubles. En parallèle, Ioulia Timochenko sera directrice commerciale d'un centre de jeunes de la ville. Ce n'est que sept années plus tard, en 1996, qu'elle s'engagera en politique avec le destin que l'on sait.

Lee Myung-bak : Employé puis patron de Hyundai

Le président sud-coréen Lee Myung-bak est connu pour son passé d'étudiant contestataire. En 1964, alors qu'il mène la fronde contre les nouvelles relations entre la Corée et le Japon, il serait même allé jusqu'à s'enduire de soju (un alcool traditionnel) en menaçant de s'immoler pour protester contre une "invasion" des viandes japonaises dans les supermarchés. A sa sortie de l'Université en 1965, il est engagé par la firme Hyundai Construction qui n'est encore qu'une PME. Il y décroche la construction d'une des plus grandes autoroutes de Thaïlande. Chargé ensuite d'une usine à Séoul, il acquiert progressivement le surnom de "bulldozer" pour sa pugnacité. Il aurait un jour démonté entièrement une machine pour comprendre une panne. Son parcours lui permettra de diriger la firme automobile et de construction de 1988 à 1992.

Gordon Brown : Journaliste à la télévision écossaise

L'actuel Premier ministre britannique a commencé par être journaliste pour la chaîne écossaise STV avant de faire son entrée au Parlement, au sein du Parti travailliste, en 1983. Mais sa vocation médiatique lui est venue bien plus tôt lorsqu'il était encore enfant. Fasciné par l'histoire et touché par l'un des discours de son père, le révérend John Ebenezer Brown, à propos de l'Afrique, le petit Gordon, 11 ans, et son frère ainé John décident alors de récolter des fonds pour aider les réfugiés. Ils réquisitionnent le garage familial pour y ouvrir un "Tuck Shop" où ils vendront des bonbons et des sucreries aux écoliers de leur ville, Kircaldy. En même temps, les deux frères Brown fondent et vendent un petit journal, "The Gazette", où Gordon Brown s'occupera de la rubrique sport.

José Luis Zapatero : Professeur de droit constitutionnel

Si l'actuel président du gouvernement espagnol est connu pour avoir été le plus jeune député jamais élu en Espagne à 22 ans, en 1982, il a d'abord fait carrière dans le monde juridique. Avec son diplôme de droit constitutionnel en poche en 1983, grâce à un mémoire consacré au statut de la communauté autonome de Castille-et-León, la dernière région espagnole à devenir indépendante, il exerce comme professeur attaché au droit constitutionnel à l'Université de Léon pendant trois années, jusqu'en 1986. Il gardera toujours un contact particulier avec le monde universitaire tout au long de son ascension politique. Issu d'une famille très ancrée à gauche et adhérant du Parti socialiste depuis 1979, il choisira définitivement la politique dans le milieu des années 1980.

Silvio Berlusconi : Chanteur sur les bateaux de croisière

Dans la vie du président du Conseil italien, par ailleurs célèbre homme d'affaire, c'est la politique qui semble tenir le rôle de seconde activité. Au début des années soixante, Silvio Berlusconi a d'abord usé de ses talents dans le domaine de la construction, en effectuant de juteuses opérations immobilières dans sa ville natale, Milan. Le futur chef d'Etat réinvestit ensuite ses bénéfices dans les médias en créant Mediaset et Fininvest et se paie aussi le prestigieux club de foot du Milan AC. Mais ce que l'on sait moins c'est qu'avant de se lancer dans les affaires, "Il Cavaliere" a exercé plusieurs petits boulots dont celui de chanteur sur les bateaux de croisière. On sait maintenant d' où peut lui venir cette fameuse réputation de "crooner"...

Et pour finir : Notre Président bien aimé !

Nicolas Sarkozy : Vendeur de glaces et fleuriste

Le chef de l'Etat français n'est pas réputé pour avoir eu un parcours scolaire facile ou une vie professionnelle linéaire. Après une maîtrise de droit passée en 1978 à Nanterre, il entre à l'Institut d'études politiques de Paris, mais en ressort sans le diplôme de fin d'étude à cause de ses faiblesses... en anglais. A ce moment, il hésite entre une carrière dans le monde du journalisme et une tentative dans la sphère juridique, suivant ainsi l'exemple de sa mère devenue avocate au moment de son divorce avec Pal Sarkozy. Nicolas Sarkozy choisit finalement un métier juridique et obtient son Certificat d'aptitude à la profession d'avocat en 1981, à l'âge de 26 ans. Mais selon l'anecdote, pour financer ses études de droits, il aurait, avant tout autre métier, effectué des petits boulots comme livreur de fleurs et vendeur de glaces.

Etonnant non ?


L'intégrale de : "Quel a été le premier job de ces chefs d'Etat ?" sur le site de L'Internaute




2 commentaires:

Dominique Rabeuf a dit…

On comprend pourquoi Nicolas et Sylvio peuvent s'entendre comme un chanteur et un fleuriste pour nous mener en bateau.
Par contre la glace alimentaire de Nicolas et la chimie d'Angela cela fait un peu popote industrielle de confiserie low cost

Peejay Li a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.