09 avril 2010

Sondages de l'Elysée : On efface tout et ... on recommence ?

"En France, on est toujours en train de voter. Et quand on vote pas, ils nous sondent… non, avec des journaux. Remarquez, le résultat est le même : on l'a un peu dans le c.." disait Coluche !

Le sondage CSA, "fort à propos", publié ce matin par Le Parisien affirmant que : " 82% des personnes interrogées répondent «Non» lorsqu'on leur demande si les rumeurs qui courent sur la vie privée des personnalités politiques ont une influence sur l'opinion" Nous en apporte une fois de plus la preuve.

Et surtout, nous rapelle la passion de notre Chef de l'Etat pour les études produites par les instituts de sondages.

Passion fort coûteuse au demeurant, comme nous l'avait appris la cour des comptes et qu'on a appelé : l'affaire des sondages de l'Elysée

" En 2008, l'Elysée avait versé 1,5 million d'euros au cabinet d'études Publifact, alors dirigé par Patrick Buisson, ex-directeur du quotidien d'extrême droite Minute, patron de la chaîne Histoire et conseiller de Nicolas Sarkozy. Source Rue89 Une somme dont la Cour des comptes avait souligné le caractère exorbitant dans son rapport sur le budget de la présidence. Comme indiqué en page 11 du rapport (qui ne donnait toutefois aucun nom)

Affaire longuement expliquée dans une série d'articles par nos amis de Marianne2. Ce qui leur valut de comparaître devant la XVII° chambre du tribunal de grande instance de Paris.

Il est à noter que : "le tribunal correctionnel de Paris a débouté le patron de l'institut d'enquêtes OpinionWay, Hugues Cazenave, d'une demande de condamnation pour diffamation de l'hebdomadaire Marianne qui, en juillet, l'avait accusé de "trafiquer" certains de ses sondages, payés par l'Elysée ... / ... " Source Easy droit

Du côté politique, à l'Assemblée Nationale les députés socialistes avaient demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire. Cette demande qui sera déclarée : "irrecevable" parce que "non constitutionnelle" par la commission des lois de l'Assemblée Nationale - Source Le Parisien

Mais qui étaient les instituts ayant travaillé pour l'Elysée et que leur reprochait-on ?

L’institut Ipsos : avec 889 824 euros reçus en 2008 pour seulement 15 études et 357 963 euros pour 11 enquêtes jusqu’en juillet 2009 - est le grand bénéficiaire de la manne élyséenne. Pour Ipsos, des enquêtes «baromètre confidentiel - image et action du Président» ont été vendus en moyenne 70 564 euros pièce pour un record à 81 328 euros. Des prix jugés astronomiques par les connaisseurs des sondages. - Source Libération

OpinionWay et publifact

Par l’intermédiaire de ses deux sociétés, Publifact, puis Publiopinion, Patrick Buisson, conseiller opinion de Nicolas Sarkozy, s’est fourni massivement en études auprès de l’institut OpinionWay. En 2008, Buisson a ainsi facturé près d’1,1 million d’euros à l’Elysée pour 110 études.

l’IFOP : a réalisé pour l’Elysée trois études, intitulées respectivement, études sur le mouvement de grève via IFOP (facture du 10/06/2008 montant 3 588€), études et analyses sur la réforme des institutions via IFOP (facture du 27/07/2008, montant 8 372€), et enfin étude et analyse sur le retour de la France dans l’Otan via IFOP (facture du 31/03/2009, montant 4 186 €). Trois sondages réalisés par ce même institut et publiés par la presse coïncident singulièrement avec ces trois factures ... / ... " Voir détails sur le site de l'observatoire des sondages : "les sondages payés par l’Elysée et publiés par la presse "

Cette "affaire" pourrait-elle rebondir ?

En Février 2010, l'association de lutte contre la corruption Anticor n'ayant qu'une crainte : que l'affaire des sondages de l'Élysée soit peu à peu enterrée, après épuisement des combattants et des arguments. Lançait une nouvelle tentative pour qu'on continue d'en parler et pour qu'une action en justice soit ouverte. A ce titre, elle portait plainte contre X pour délit de favoritisme. - Source Rue89

Or, le 06 avril 2010, dans une quasi indifférence, on apprenait par le journal Libération l'information suivante :

Ipsos, Ifop et OpinionWay. Voilà les trois instituts de sondage choisis par l’Elysée pour ses dépenses en études d’opinion. Selon les résultats de l’appel d’offres, parus le 24 mars au Bulletin officiel des annonces des marchés publics, Ipsos emporte le «lot» «enquêtes quantitatives par téléphone de mesure de la confiance», Ifop celui des «enquêtes quantitatives et qualitatives ad hoc» et OpinionWay sera chargé des «enquêtes quantitatives en ligne de suivi de l’opinion ... /... "

Alors, on efface tout et ... on recommence ?

1 commentaire:

Unknown a dit…

Tu ne peux pas empêcher l'Elysée de faire des enquêtes et sondages...

Ce qui est important, c'est que celles-ci ne se retrouvent pas dans la presse pour servir d'outils de propagande :-/