07 août 2008

Pouvoir d'achat ... des actionnaires

En 2007 le groupe HENKEL qui fabrique (entre autres) les produits suivants : Loctite, Le Chat, Scharzkopf et Persil avait fait un bénéfice net de 234 millions d'€.

En 2008, celui-ci ne sera que de 38 millions d'€ avec néanmoins un chiffre d'affaires en hausse de 11,4% à 3,7 milliards d'€.

Inquiétude pour le groupe ? Il semble que non.


HENKEL sur la partie presse de son site s'en explique

Bonne croissance organique pour Henkel.

* Forte croissance des ventes de 11,4 %
* Croissance organique des ventes : plus 6,1 %
* Résultat d’exploitation (EBIT) après ajustement : plus 7,8 %
* Ventes dans les régions de croissance : 19,5 % d’accroissement des ventes

« En dépit d’un contexte économique difficile, toujours autant marqué par des prix de matières premières en forte hausse et un faible dollar américain, nous sommes parvenus à une croissance organique des ventes particulièrement encourageante » ... / ... Malgré un environnement difficile, nous avons confiance dans le développement pour le reste de l’année. » ... / ...

La rentabilité des ventes (EBIT) s’est élevée à 3,1 %, les rentabilités des ventes ajustées (« marge EBIT ajustée ») étant retombées de 10,5 % à 10,1 %. Ceci est dû avant tout aux secteurs d’activité Détergents & Produits d’Entretien et Adhesive Technologies fortement touchés par les augmentations du prix des matières premières. Le résultat des participations, principalement dû à la participation Ecolab, est resté constant à 24 millions d’EUR malgré un dollar américain plus faible ... / ...

Le bénéfice par action préférentielle a baisse à 0,09 EUR. Après ajustement, il est tombé de 5,5 % à 0,52 EUR.

Développement des secteurs d’activité

... / ... Cette diminution reflète avant tout la hausse persistante des matières premières, ayant entraîné une hausse significative des coûts des matériaux. Cette hausse n’a pas encore pu être compensée par les augmentations de prix appliquées jusque-là et par les mesures déployées pour réduire les coûts et augmenter l’efficacité. Dans le segment des lessives, la croissance organique a avant tout été portée par l’Europe de l’Est. .. / ...

Dans le secteur d’activité Cosmétiques, la tendance particulièrement positive des derniers trimestres s’est poursuivie avec une forte croissance organique des ventes de 5,9 %. Toutes les régions ont contribué à cette croissance organique. En plus d’un développement extrêmement positif en Amérique du Nord, l’activité en Europe de l’Est et en Amérique latine a également enregistré une forte croissance. ... / ...

Evolution par région

La région Europe/Afrique/Proche-Orient a enregistré une augmentation encourageante de la croissance organique de ses ventes de 6,2 %. Tous les secteurs d’activité ont contribué à cette croissance. Après ajustement des effets liés aux opérations de change, les ventes ont augmenté de 10,4 %. Au total, elles s’élevaient à 2.283 millions d’EUR, soit 8,2 % de plus que le niveau de l’année précédente. En Europe de l’Est et en Afrique/Proche-Orient, des taux de croissance organique à deux chiffres ont pu être nettement atteints alors que l’évolution en Europe occidentale, Allemagne comprise, s’est avérée légèrement négative. Au total, la part des ventes de la région s’élevait à 62 %. Les ventes organiques dans la région Amérique du Nord ont augmenté d’un bon 3,8 % ... / ... Les activités dans la région Asie/Pacifique se sont aussi développées de manière positive. Les ventes ont augmenté de 44,9 % à 432 millions d’EUR.

Dans les régions de croissance Europe de l’Est, Afrique, Proche-Orient, Amérique latine et Asie (sans le Japon), les ventes se sont accrues de 19,5 % pour passer à 1.336 millions d’EUR. Ceci correspond à une part sur les ventes globales de 36 %. Après ajustement des effets liés aux opérations de change, les ventes ont augmenté de 27,0 %, la croissance organique a atteint 15,7 % et a été générée par tous les secteurs d’activité.

Prévisions des ventes et des résultats actualisés pour 2008

Nous comptons sur une croissance organique des ventes (après ajustement des effets liés aux opérations de change et aux acquisitions/désinvestissements) de l’ordre de 3 à 5 %.

Pour le résultat d’exploitation, après ajustement des dépenses uniques et des produits ainsi que des dépenses pour restructuration (« EBIT ajusté »), nous prévoyons une croissance dans la fourchette basse d’une quinzaine de % (base 2007 : 1.370 millions d’EUR).

En ce qui concerne le résultat par action préférentielle et après ajustement des dépenses uniques et des produits ainsi que des dépenses pour restructuration (« EPS ajusté »), nous comptons sur une croissance dans la fourchette basse des cinq % (base 2007 : 2,19 EUR).

Donc, tout va bien ?

Oui semble t-il, sauf pour les 3 000 emplois supprimés par la restructuration en cours. Cette restructuration n'ayant pas eu les effets escomptés, le groupe HENKEL va donc augmenter ses prix de 5 à 10% au cours du second semestre 2008.

Cette annonce a réjoui les investisseurs puisque l'action Henkel s'adjugait plus de 3% à 27 euros en fin de matinée à la Bourse de Francfort, sur l'annonce d'une augmentation de ses prix. Source La Tribune

Quelle est la situation de son concurrent Procter & Gamble le N°1 mondial ?

Le chiffre d'affaires a crû de 10% à 21,27 milliards de dollars, dépassant le consensus d'analystes de 21,04 milliards, porté par les ventes dans les pays émergents, des hausses de prix et l'impact du dollar faible, qui accroît la valeur des ventes dans les pays hors des Etats-Unis.

"Nous avons vu des consommateurs se tourner vers des marques moins chères (dans les détergents) qui sont encore des marques Procter & Gamble", a déclaré le directeur financier du groupe Clayton Daley lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, à propos des conséquences des hausses de prix opérées par P&G.

Il a ajouté que les consommateurs pouvaient aussi monter en gamme si le produit le justifiait comme par exemple dans certains shampooings. Source La Tribune

Procter & Gamble qui avait récemment augmenté ses prix de 3% au printemps promet pour certains de ses produits une hausse de 16% dès la rentrée.

Mardi, le titre Procter & Gamble gagnait 2,84% à 67,69 dollars sur le Nyse vers 14h30 GMT. On ignore pour l'instant si l'entreprise diminuera ses effectifs.

ça c'est du pouvoir d'achat ... pour actionnaires !!!! Quant aux consommateurs qu'ils suivent les conseils de Clayton Dayley et se fasse plaisir de temps en temps avec ... un shampooing à prix d'or.

1 commentaire:

elmone a dit…

Cet article est très intéressant et est d'ailleurs à metttre en corrélation avec la conclusion de mon billet de ce jour relatif à l'entente.
Cordialement