04 novembre 2008

Hortefeux : Pour les immigrés, les carottes « Vichy » sont cuites …

Elu de la région Auvergne d’où il rêve de remplacer l’actuel Président du Conseil Régional socialiste, Brice Hortefeux a décidé de rendre à Vichy sa réputation en y invitant ses homologues européens. La troisième conférence interministérielle européenne sur l'intégration et l'immigration des étrangers s’y tient aujourd’hui. .

Au delà des symboles sur lesquels nous ne reviendront pas si ce n’est pour déplorer que la réhabilitation morale de la ville ait été justifiée ce matin sur Europe1 par des comparaison hasardeuses entre les conférences internationales organisées à Moscou, Berlin, Rome ou dans des hôtels parisiens. Non, selon le ministre, le choix de Vichy tient à la qualité de son hôtellerie et ses thermes. Aussi habile en sémantique que son patron notre ministre !!!

Petite contrariété pour le ministre : La préfecture de l'Allier a annoncé qu'une trentaine de personnes ont été interpellées et trois policiers blessés après une manifestation, lundi 3 novembre dans la soirée, à Vichy, contre la politique européenne d'immigration, discutée dans la ville lors d'une conférence européenne controversée - Source Nouvel Obs

Maintenant, passons aux mesures phares qui seront abordées ce jour :

Le ministre de l'immigration, Brice Hortefeux, annonce qu'il sera demandé aux candidats à l'immigration d'apprendre le français. Cette mesure sera applicable à partir du 1er décembre 2008.

Brice Hortefeux exige que le membre de famille d'un Français (ou d'un étranger établi en France) prouve au préalable sa maîtrise de la langue française et des valeurs de la République avant de solliciter un visa de regroupement familial.

Le ministre de l'immigration dit vouloir faciliter l’intégration des bénéficiaires (d'un visa de regroupement familial) de plus de 16 ans et de moins de 65 ans dans la société française.

Une formation d’une durée de deux mois maximum est donc indispensable. Une attestation de suivi de cette formation est délivrée immédiatement à l'issue du cours et doit figurer parmi les pièces composant le dossier du demandeur.

L'apprentissage de la langue française sera assurée par l'Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrations (ANAEM), qui est chargée de la gestion directe des formations civiques et linguistiques dans le cadre du C.A.I. - Source Continental News

Qu’est que c’est que le CAI ou Contrat d’accueil et d’intégration ?

Le contrat d'accueil et d'intégration

Le « Contrat d’Accueil et d’Intégration » représente un engagement réciproque entre l’Etat d’une part, et le migrant, d’autre part. Obligatoire depuis le 1er janvier 2007, il est gratuit pour le bénéficiaire et conclu pour une durée d’un an et peut, dans certains cas, être prolongé d’une année supplémentaire.

Contenu du Contrat

Les modalités de mise en œuvre des formations sont fixées par l’arrêté du 19 janvier 2007 paru au journal officiel du 30 janvier 2007. L’ANAEM organise, finance et assure le suivi des formations et des prestations dispensées dans le cadre du Contrat d’Accueil er d’Intégration depuis le 1er janvier 2007.

Dans le cadre du Contrat d’Accueil et d’Intégration, le signataire du Contrat bénéficie de plusieurs formations . / … En cas de non respect des engagements liés au contrat, le Préfet peut y mettre fin, refuser le premier renouvellement du titre de séjour ou la délivrance de la carte de résident. Source ANAEM

Education civique: Institutions, valeurs de la République, organisation politique et administrative.

La vie en France: Informations sur les démarches de la vie quotidienne.

Formation linguistique: Si le niveau de connaissance du français est insuffisant, il lui est prescrit une formation linguistique d'une durée maximum de 400 heures.

Ainsi, toute demande de visa d'immigration familiale sera subordonnée à un examen culturel et linguistique sur place.

Les migrants disposant des bases de français seront dispensés de cours, ainsi que les jeunes de moins de 16 ans et les personnes âgées de plus de 65 ans. … / …

• Concrètement, le Contrat d’Accueil et d’Intégration est présenté aux migrants lors de la ½ journée d’accueil sur les plates-formes des directions territoriales de l’ANAEM.
Au programme
une séance d’information collective qui présente le CAI et notre pays à travers le film « Vivre ensemble, en France ».
un entretien individuel qui permet à un auditeur social de l’ANAEM :
de présenter en détail le contrat d’accueil et d’intégration
d’établir un diagnostic personnalisé des besoins
d’apprécier son niveau de connaissances orales et écrites du français à partir d’un test fixé par arrêté

de prescrire, si nécessaire, une formation linguistique

d’orienter, si nécessaire le migrant vers l’assistant social présent sur la plate-forme
de fixer avec l’intéressé les dates des formations et des sessions (civique, linguistique et vivre en France) et le cas échéant l’attestation de dispense de formation linguistique (AMDFL).

En contrepartie, l’étranger s’engage à respecter les valeurs fondamentales de la République française et à suivre les formations qui lui auront été prescrites.

Une visite médicale, conçue comme une action de prévention, permet de faire le point sur son état de santé.

Il est clair qu’il va vraiment falloir réunir des conditions … quasiment impossible à réunir. Mais c’est en partie le but.

Autre information divulguée ce matin : Il pourrait être obligatoire pour les candidats à l’immigration, outre les mesures présentées plus haut de connaître les paroles de l’hymne national : La Marseillaise (voir ou écouter la vidéo sur Europe1)

Cet après midi, il pourrait être décidé de mettre en place une « pédagogie » de l’hymne national, c’est à dire, outre la connaissance des paroles, son histoire et les valeurs qu’il véhicule. Il est d’ailleurs envisagé qu’au bout de cinq ans lorsque l’immigré fera une demande de carte de séjour les critères « pédagogiques lui soient imposés.

Alors, nous posons simplement quelques questions :

- Ces tests seront-ils imposés aux ressortissants des pays de l’Union qui ne parlent pas notre langue ni ne connaissent les paroles de Rouget de l’Isle alors qu’on refuse des africains francophones ?

- Exigera t-on à terme que les immigrés sachent marcher sur les mains, faire du trampoline, donner la liste exacte des présidents de la république française, de créer un chef d’œuvre majeur, … ?

- Les employeurs (la restauration et le BTP sont de bons exemples récents) seront-ils poursuivis et sanctionnés ? Même si le Ministre l’affirme … On en doute fortement.

Monsieur Hortefeux devrait plutôt expliquer qu’il a décidé avec un nouveau vocabulaire et des « astuces » de mettre en place la fameuse immigration zéro chère au Front National. Les élections approchent et la drague vers les électeurs les plus à droite va pouvoir recommencer.

Dans le cas où les ministres présents à cette réunion auraient quelques minutes, nous leur proposons de visiter un site au look minimaliste dont le nom est évocateur : 25 000 expulsions.

Ce site montre des personnages sur fond blanc avec pour seuls commentaires en bas de page :

Expulsions depuis le début de l'année : 20726
Expulsions aujourd'hui : 33

25 000 expulsions est une simple compteur .

Il propose une représentation des 25 000 expulsions de sans papiers prévues cette année par le Ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale.
Il est lancé depuis le 7 janvier 2008, date de la conférence de presse de Brice Hortefeux au cours de laquelle cet objectif a été reconduit ; il s'arrêtera le 7 janvier 2009 et reprendra peut être sur la base de nouveaux objectifs.


Mais que vaudront ces chiffres au moment de passer à table pour le déjeuner ou le dîner ?

"Bon appétit, messieurs !" lançait Ruy Blas en surprenant les conseillers du roi en train de se partager les richesses du royaume. Cette fois ci, il semble qu’aucun Ruy Blas ne viendra perturber la quiétude d’excellents repas que l’eau de Vichy particulièrement digestive contribuera certainement à rendre encore plus agréables


1 commentaire:

Nick Carraway a dit…

"Non, selon le ministre, le choix de Vichy tient à la qualité de son hôtellerie et ses thermes."

C'est précisément pour cette raison que le gouvernement de Pétain s'est rendu à Vichy. Pierre Laval, sénateur du Puy-de-Dôme, en avait fait une publicité convaincante.