24 mai 2010

Hervé Novelli : Sur les retraites, le MEDEF m'a dit ....

"Hervé Novelli, secrétaire d’Etat au Commerce, s’apprête à publier une tribune potentiellement explosive sur les retraites. Dans le droit fil du Medef de Laurence Parisot, il préconise que la piste des plans d’épargne retraite privés ne soit pas négligée" Nous apprend Libération

Nul n'ignore le credo ultra libéral d'Hervé Novelli le Secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation et sa constante proximité avec le patronat !

Cette proximité nous ayant d'ailleurs coûté plusieurs millions d'Euro en baisse de la TVA sur la restauration. Celle ci, prévue initialement pour faire baisser les prix s'est petit à petit transformée en une : "baisse des prix modique et des embauches timides" Source Metro France

Mais, cela fait longtemps qu'aux côtés de ses amis Madelin et Longuet, il essaye de mettre en place les idées défendues par les tenants du laisser faire économique. Ce faisant, il n'oublie jamais de s'entourer de précieux collaborateurs.

En effet, il y a quelques mois, il missionnait Brigitte Longuet l'épouse de Gérard, pour la rédaction d'un rapport sur la redynamisation des professions libérales.

Le Figaro souhaitait tout de suite nous oter un doute en écrivant : "Ce n'est pas parce que son époux, Gérard Longuet, sénateur et ancien ministre, est un vieux compagnon de route d'Hervé Novelli, ou que sa fille Aurore orchestre les relations presse du ministre, qu'elle s'est vu confier par ce dernier, à l'automne, une mission (non rémunérée) sur la redynamisation des professions libérales… Mais parce qu'elle en avait la légitimité ... / ... "

En clair, parce qu'elle le valent bien !

Il faut dire, que comme on peut le lire sur la page Facebook d'Hervé Novelli il avait été en 1997 : "Chargé d’une mission interministérielle sur la création d’emplois dans les PME par messieurs Longuet et Madelin, Hervé Novelli rédigera un rapport sur le développement économique local et l’emploi au sein des PME" ce qui explique et justifie probablement ces retours d'ascenseur ... social

C'est probablement au titre de compétences particulières que le 11mai dernier, dans une indifférence quasi générale qu'on apprenait que : Michel Guilbaud le directeur de cabinet d'Hervé Novelli au secrétariat d'Etat aux PME était nommé directeur général du Medef. Celui-ci succédait à Jean-Charles Simon, qui avait claqué la porte en janvier, jugeant qu'il ne pouvait «plus travailler convenablement».

Pour le recrutement de son remplaçant : " Laurence Parisot, avait indiqué que l'organisation patronale recherchait un profil de haut-fonctionnaire passé par les cabinets ministériels mais ayant une expérience de l'entreprise " - Source Les Echos

Expérience dont nous vous laissons juger, puisque Michel Guibaud, a entre autre pantouflé chez OSEO comme directeur général délégué et comme le précisent Les Echos : "avait auparavant occupé diverses fonctions au ministère de l'Industrie, et, pendant deux ans au début de sa carrière, chez Elf et EDF"

Ce qui fait que notre Secrétaire d'Etat vient d'opérer une liaison directe entre le MEDEF et le Gouvernement ... pour apparement le plus grand profit des idées du MEDEF !

Bien que le 18 mai dernier sur France24, il se contentait de répéter le discours mis au point par les communicants de l'Elysée : " ... / ... la concertation engagée par Eric Woerth se déroule bien. Tout le monde y assiste, tout le monde propose un certain nombre de choses. Donc il y a cette concertation qui s'est engagée. Vous connaissez le calendrier. C'est un calendrier qui laisse la place à la concertation, qui laisse la place au débat au Parlement puisque le texte d'Eric Woerth sera proposé vers la mi-juin au Conseil des ministres .. /... "

il glissait négligemment : " ... / ... il faut aussi regarder comment on pourrait améliorer les mécanismes d'épargne salariale parce qu'il y a un dernier point qui n'est pas souvent abordé, c'est celui de se constituer un capital ou une rente pour sa retraite. Tous les autres pays le font. Nous avons commencé de le faire. Il faudrait peut-être regarder aussi de ce côté-là"

et lorsque la journaliste lui faisait remarquer que : " La retraite par capitalisation. Mais ça peut être dangereux" il répondait sereinement : "L'épargne retraite qui existe aujourd'hui en France, qui n'est pas assez développée." - Source France24

Résultat du transfert de son directeur de Cabinet ou lobbying bien relayé du MEDEF oblige, comme nous en informe Libération : " Hervé Novelli, secrétaire d’Etat au Commerce, s’apprête à publier une tribune potentiellement explosive sur les retraites. Dans le droit fil du Medef de Laurence Parisot, il préconise que la piste des plans d’épargne retraite privés ne soit pas négligée"

Ce qui signifie qu'un Ministre de la République a décidé de s'impliquer directement pour donner satisfaction au entrepreneurs banquiers et assureurs ! Après tout, n'est-il pas, avant tout, comme il le revendique, un : "chef d'entreprise passé en politique " !

Dans sa biographie publiée sur son site, le ministre écrit : Hervé Novelli oriente une grande partie de son action politique sur développement et la simplification de l’environnement des entrepreneurs "

Ce développement qui aurait l'avantage de permettre aux entreprises du CAC40 de récupérer une partie des salaires, versés à leur employés, pour les diriger ...vers des fonds de pension où ils feraient la loi !

Décidément, la réforme du capitalisme est en marche ... pour quelques uns ...




3 commentaires:

le vengeur masqué a dit…

Sans oublier le passage de sieur Novelli chez Occident, comme ses compères Longuet et Madelin, un truc très très a droite sentant bon le très décrié Comité des Forges cher au baron Seillière.

Un sinistre de la République bossant pour les fonds de pension privés, une république bananiére je vous dit, voila un gonze qui n'aura pas démérité pour le MEDEF.

Et je parle même pas des autres, vous me direz, là ou il y a de la gêne il y a pas de plaisir.

Stef a dit…

Mr Woerth reçoit les organisations syndicales mais il y a surtout concertation avec les libéraux de droite, on l'aura bien compris... La capitalisation retraite devrait donc faire parti du projet gouvernemental et c'est à une levée de bouclier que nous allons assister. Pour sur que cette réforme va signer un tournant dans le quinquennat de notre illustre Président. A nous citoyens de lui signifier que la réforme ne se fera pas dans notre dos ! Le chemin est long, commençons par être nombreux ce 27 mai !

David CABAS a dit…

Retraites : mettre fin aux faux débats !

Nous ne devons pas céder au chantage injuste à la dette !

1)La dette de la France est injuste, elle n'est pas le résultat de trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites... Mais elle est bien le résultat de la destruction de l'économie physique, et le pillage des établissements bancaires avec de lourds intérêts composés sur la dette depuis la fin du crédit public productif de la Banque de France. La loi Giscard Pompidou du 3 janvier 1973 puis le traité de Maastrich interdit au gouvernement d'émettre de la monnaie et oblige de fait de s'endetter avec des taux d'intérêt aux banques privés !

Chaque jour nous subissons un bourrage de crane qui appelle les citoyens au bon sens avec de mensonges patentés, comment garder une retraite à taux plein si la population vieillie etc etc !

Nous devons sortir de la mentalité monétaire, la mentalité calculette, c'est bien la peine de faire de si grande étude pour apprendre à faire des divisions. Nous devons apprendre les principes de l'économie physique.

1)Une économie à taux plein d'emploi sans chômage ! Et oui c'est minimum avant de parler de rallonger le temps de travail !
2)Un retour à l'économie productive, et non une économie de financier et de commerce ! Une économie productive peut permettre de redistribuer les vrais fruits de la croissance physique. L'argent n'est pas un richesse, personne ne vit en mangeant des billets.

Ceci suppose de sortir de la logique de pillage de notre système actuelle.

La force publique et nos responsables politiques doivent reprendre la main sur les intérêts financiers, nous devons remettre en place la loi Glass Steagall à la Française afin de séparer les banques par activités. Les banques de dépôts séparer des banques d'affaire et des compagnie d'assurance afin de remettre les banques à leurs place, travailler pour faire vivre l'économie physique et non jouer l'argent dans la spéculation et les casinos financiers.

Citoyens, nous devons nous organiser pour mettre en place une alternative. Vous voulez vous battre pour connaître les agissements des intérêts bancaires et financiers alors rejoins moi sur facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
http://www.davidcabas.fr