15 janvier 2009

Remaniement ministériel : Business en famille et prix Nobel de la traîtrise

Le suspense était vraiment relatif pour ce remaniement gouvernemental dont la seule utilité était de permettre à Xavier Bertand de de devenir le N°1 de l'UMP. On savait déjà qu'il serait remplacé par Brice Hortefeux dont le bilan des expulsions ne saurait présager de ses qualités à trouver des emplois pour les français qui n'en ont pas ou vont le perdre cette année.

Nous vous donnons ci-dessous le communiqué officiel publié sur le site de l'Elysée

Nomination au gouvernement

Sur la proposition du Premier ministre, le Président de la République a mis fin aux fonctions de M. Xavier BERTRAND, ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité.

Il a nommé :

- M. Brice HORTEFEUX, ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville.
- M. Eric BESSON, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire.
- Mme Christine BOUTIN, ministre du Logement.
- Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’Économie numérique, auprès du Premier ministre.

La secrétaire d’État chargée de la Solidarité, la secrétaire d’État chargée de la Politique de la ville et la secrétaire d’État chargée de la Famille sont déléguées auprès du ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville.

Nota : Nathalie Kosciusko-Morizet - soeur de Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur et directeur du site de vente en ligne PriceMinister.com et président de l'Association française pour le commerce et les services en ligne - hérite donc du poste d'Eric Besson et pérennise semble t-il les habitude du Président qui consistent à gérer l'Etat en famille.

Quant à Eric Besson, il nous prouve qu'on peut boire le calice jusqu'à la lie en conservant le sourire. Quel exemple !!!

Pour le reste, pas de changement puisque "Ensemble tout devient possible", y compris de permettre aux banques d'utiliser l'argent de l'Etat pour rémunérer leurs actionnaires tout en appliquant 50% de baisse sur l'épargne populaire dès le 1er février.

1 commentaire:

Yann a dit…

Et ça continue encore et encore
C'est que le début d'accord d'accord...