24 février 2009

Découpage et charcutage sont les deux mamelles électorales de la France (2)

Même si c'est franchement détestable et met en colère les français, , tous les pouvoirs en place ont utilisé un jour les ciseaux électoraux afin de gagner les élections ou de limiter une déculottée promise par les électeurs.

Le 18 septembre 2008, nous écrivions un article portant le même titre. dans lequel nous vous expliquions les manoeuvres du Président et de son Secrétaire d'Etat Alain Marleix pour conserver la majorité au Sénat et à l'assemblée Nationale

Il restait toutefois un problème à régler : Les collectivité territoriales et les grandes villes où la gauche est majoritaire. Confrontés à une impopularité massive, le président et ses conseillers "se devaient" de modifier une fois de plus la carte électorale afin de limiter la casse. C'est donc à Alain Marleix , le Secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux Collectivités territoriales, auprès de la ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales de continuer à trouver "d'habiles solutions"

Rappel de la fonction de Monsieur Marleix

Le découpage et le charcutage. Quelques dossiers traités et en cours :

- Vote électronique : les Français de l’étranger pourraient en bénéficier
- Le redécoupage électoral est lancé
- Présentation du projet de loi de réforme électorale
- Vers un redécoupage des circonscriptions législatives

Il faut dire que Monsieur Marleix est un spécialiste du domaine puisqu'il est Secrétaire national de l’UMP, chargé des élections, depuis 2005.

Son agenda est uniquement tourné vers les parlementaires de l'UMP comme l'indique cet extrait officiel

Lundi 23 février
B. Hortefeux (ministère du Travail) 12h15
E. Balladur, ancien Premier ministre, président du Comité pour la réforme des collectivités locales : déjeuner de travail 13h

On pourra juste s'étonner de savoir que le Secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux Collectivités territoriales, auprès de la ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales soit en déplacement officiel au Congo.

Vendredi 27 février
Déplacement officiel au Congo - Brazzaville : • D. Sassou-Ngnesso, président de la République du Congo 27 et 28

Une petite réminiscence du Foccardisme ?

Mais revenons en à Edouard Balladur. Homme à tout faire de haut de gamme de son ex élève Nicolas Sarkozy, Edouard Balladur, après avoir concocté la réforme constitutionnelle doit rendre son rapport définitif sur le nouveau découpage électoral des régions d'ici au début du mois de mars.

Quels sont en l'état les proposition de cette nouvelle commission Balladur ?

Le comité Balladur veut créer un "Grand Paris" de six millions d'habitants à l'échelle des quatre départements de Paris, du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine. Cette mesure permettrait à Christian Blanc le Secrétaire d’Etat chargé du Développement de la région capitale, auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire d'avoir quelque chose à faire

Résultat, des élus socialistes vent debout

Pour Jean-Paul Huchon, c'est pourtant clair : "On va remplacer le mille-feuille par une usine à gaz." Avec lui, la quasi-totalité des présidents de régions, des présidents de conseils généraux et des associations de maires refusent des propositions qui, si elles étaient retenues, modifieraient le paysage politique local en profondeur : émergence de quinze grandes régions au lieu des 22 existantes, rapprochement des départements et des régions, création du "Grand Paris"... Les premières conclusions du comité Balladur ravivent les clivages, à gauche comme à droite, entre élus des villes et représentants des zones rurales, régionalistes et départementalistes. Personne ne voulant faire les frais de la réforme

"Ce projet vise à casser Paris", accuse le maire Bertrand Delanoë. Ce "mastodonte", explique l'un de ses proches, sera trop grand pour appliquer efficacement les politiques sociales (RMI, APA) assumées aujourd'hui par chaque département. Et trop petit pour favoriser le développement économique de l'Ile-de-France puisqu'en sont notamment exclus les villes nouvelles, le plateau de Saclay (Yvelines, Essonne), ou les aéroports d'Orly ou de Roissy.

Bon , ça c'est pour la région Ile de France. On notera au passage que l'UMP semble certaine de son coup, car en cas ou elle n'aurait pas la majorité des élus de la région capitale, il lui faudrait mettre son énorme budget des Hauts de Seine dans le pot commun.

Et pour les autres régions françaises ?

Actuellement, le PS est à la tête de vingt des vingt-deux régions métropolitaines, de la majorité des départements et d'un nombre important de grandes villes. La droite envisage donc de lui reprendre des régions et agite la menace de la suppression des départements.

Il est clair que la bataille va faire rage surtout lorsqu'on voit sur la carte de France ci-dessous que la commission Balladur propose de supprimer la région Poitou Charentes. C'est très certainement un hasard.

Voir carte ci-dessous
Cliquez pour agrandir

Edouard Balladur joue le tout pour le tout en sachant qu'il faudra faire voter cette refonte. Courageux mais pas téméraire, il pensqe que dans le meilleur des cas, la réforme ne devrait pas voir le jour avant le prochain quinquennat.

Les français noteront que la commission ne dit pas un mot sur le cumul abusif des mandats électoraux.

Allons, on vous parle de refonte et de redécoupage pas de supprimer la rente politique !!!

Sources et Crédits
Le Monde



2 commentaires:

Etiam Rides a dit…

Tiens, ils essayent de nous repasser le vote électronique en douce?

Quand on voit le succès que ça a eu aux élections internes de l'UMP à Paris, ça promet...

chatou a dit…

C'est n'importe quoi ce découpage !