08 mai 2009

Promotion de l'Agri...Culture française : "Wine, Cheese & Carla party"

Compte tenu des brillants résultats des exportations françaises, peu de gens le savent, mais nous avons une Ministre du Commerce Extérieur : Anne Marie IDRAC. Selon son agenda officiel elle est en déplacement au Brésil (4 au 8 mai) avec nous l'espérons quelques contrats à la clé ...

Dans une interview au Figaro publiée sur le site du Premier Ministre, elle nous donne sa vision des exportations françaises (extraits)

Comment s’explique l’aggravation du déficit commercial en 2008 ?

"La détérioration en 2008 est davantage marquée par les événements extérieurs que par une question de compétitivité. La facture pétrolière, qui se monte à près de 60 milliards d’euros - après 47 milliards l’année précédente -, est particulièrement élevée. Et depuis le deuxième trimestre, la demande de nos principaux clients s’est effondrée. L’importance de l’Union européenne dans notre commerce extérieur n’est, à ce titre, pas un atout."

La France perd-elle toujours des parts de marché ?

"Eh bien, justement, les premiers éléments à notre disposition nous font dire que la compétitivité de la France a arrêté de se détériorer. La part de la France dans les exportations de la zone euro s’est stabilisée. C’est la traduction des réformes engagées par le gouvernement." ... / ...

En 2009, aller chercher les niches de croissance
"Il faudra aller chercher les "niches de croissance", en comptant plus que jamais sur nos points forts, comme les grands contrats d’équipement. En termes de pays, nous irons là où la croissance résiste mieux qu’ailleurs, comme au Brésil, en Inde et au Moyen-Orient. Sans négliger les niches, sectorielles par exemple, qui sont intéressantes à court terme et constituent les bases de l’investissement de demain. C’est le cas par exemple du développement durable où nos grandes entreprises sont très présentes mais où de nombreuses petites entreprises françaises possèdent également un réel savoir-faire reconnu à l’étranger. Nous les aiderons à exporter."

Et bien, il semble qu'en haut lieu, on l'ait entendue, puisque la France aurait trouvé "une niche de croissance". En effet, elle a lancé une opération d'envergure qui devrait faire pâlir les pays amis et non moins concurrents. Cette bonne information n'a pourtant pas fait les gros titres de la presse française ni des JT de nos télévisions. On s'en étonne car gagner des parts de marché hors France est une ambition annoncée par notre gouvernement et Madame IDRAC.

Alors, quelle est cette cette offensive commerciale ?

Gérald Andrieu de Marianne2 a consacré un article le 1er Mai à celle-ci sous le nom de : "Du pain, du vin... et du Bruni!" Néanmoins, il faut dire que l'information avait été peu médiatisée par les autres confrères et surtout par ... l'Elysée

Or, cette affaire de "Wine, Cheese & Carla party" rebondit puisque c'est le Daily Mail, journal de la "perfide Albion" qui en parle à son tour :

Sarkozy trouve le moyen de "stimuler" la carrière de Carla, sa chanteuse de femme ... des milliers de ses CD offerts gratuitement par des particuliers "ambassadeurs français "By Peter Allen - Last updated at 1:57 AM on 05th May 2009

Des milliers de copies du dernier album de Carla Bruni vont être donnés dans le cadre d'un campagne de promotion de la culture "gauloise" à l'étranger. Au moins 14.000 particuliers "ambassadeurs marketing" de 19 pays ont reçu "Comme Si De Rien n'était", avec de bons vins, des fromages, et des tire-bouchons.

En retour, ils organiseront des "soirées gauloises" pour présenter le meilleur des exportations françaises. Cependant, la colère gronde à cause de la somme de 1 million de £ pour la promotion de Carla Bruni l'épouse du Président. L'album -son troisième - s'est juste vendu l'année dernière à 90 000 exemplaires en France. Pendant que le gouvernement insiste sur le fait que l'initiative a pour but d'accroître la notorité et les ventes d'aliments et de boissons, la colère monte sur la façon dont elle promeut également Carla Bruni ... / ...

Le Président Sarkozy qui a épousé Miss Bruni il y a à peu près un an a autorisé cette initiative du Ministère de l'Agriculture. Il approuve l'improbable carrière musicale de sa troisième épouse, car il estime qu'il est important pour l'ex-mannequin devenue chanteuse d'avoir quelque chose à faire au-delà de ses fonctions officielles.

Suite de l'article (en anglais)

ça mériterait de mobiliser Hervé Morin et ses troupes afin de laver l'affront fait à nos fleurons agro ... culturels. Oui, mais aujourd'hui c'est le 8 mai 1945 et les britanniques commémorent avec nous la victoire.

Et bien en ce jour de capitulation de l'Allemagne nazie et non pas "d'armistice" comme on peut le lire sur Le Point : "L'Élysée a commis une belle bourde historique, dans le dossier de presse remis aux journalistes à l'occasion de la célébration de la victoire des alliés sur le nazisme, le 8 mai 1945. Dans plusieurs documents, consultables également sur le site de la présidence de la République , les services de l'Élysée évoquent "les commémorations de l'Armistice du 8 mai 1945". Or, c'est un fait historique incontestable, il n'y a jamais eu d'armistice à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais bien une capitulation pure et simple, sans condition, des nazis ... / ..." Nous sommes heureux d'apprendre aux français qui se lamentent sur le sort de leur industrie qu'avec de telles initiatives, le bout du tunnel est probablement en vue ... du moins en termes de CD payés par le budget du Ministère de l'Agriculture.

Bah ! d'agriculture à culture, il n'y a qu'un pas sémantique que Michel Barnier n'a pas hésité à franchir. Osera t-il une nouvelle opération d'envergure auprès de ses collègues députés européens lorsqu'il siègera à Strasbourg ? L'histoire nous le dira. C'est à ça qu'on reconnait les grands hommes d'Etat ... amis des arts musicaux

Copyright image
Lactalis

1 commentaire:

Batman a dit…

Du pain, du vin et du Bruni.
Ce mélange ne causerait-il pas des indigestions ?

Blague à part, l'avenir de notre commerce extérieur dépendrait du CD de Carla. Je suis que les gars de l'Elysée s'imaginent même que l'on pourrait télécharger illégalement son album, et pressent donc comme des fous sur la loi internet et création.
En ce qui me concerne, même si on me paierai, je n'en voudrais pas :-)