22 octobre 2009

Faillites d'entreprises vs Créations : Une escroquerie communicante !


Si vous êtes au chômage ou que votre entreprise va mal et que ça commence à "sentir le sapin" pour votre avenir professionnel, n'hésitez pas une seconde : Allez voir la photo de Christine Lagarde et Hervé Novelli en pleine hilarité sur le portail du Gouvernement (photo ci-dessus)

Vous remarquerez d'ailleurs ces derniers temps que c'est très "tendance" pour les ministres d'afficher un sourire ... qui ne rassure personne !

Mais pourquoi la Ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi et le secrétaire d'Etat aux PME sont-ils de si bonne humeur ?

Serais-ce à cause de la "brillante réussite" de la baisse de la TVA dans la restauration ?

Et bien non, c'est parce qu'ils annoncent un : "Nouveau record historique de créations d'entreprise avec 56 548 créations en septembre"

Intégralité du communiqué du 21/10/09

"Malgré la crise économique, le nouveau record de créations d'entreprise en septembre 2009 annoncé par l'Insee confirme deux tendances : le succès durable du statut de l'auto-entrepreneur, lancé le 1er janvier 2009, mais aussi le dynamisme des créations d'entreprise en France, tous régimes ou statuts confondus.

Selon les statistiques publiées le 20 octobre par l’Insee, le nombre de créations d’entreprise a atteint un nouveau record historique : 56 548 en septembre. Soit une hausse de 36,8 % par rapport au mois précédent. Avec ce nouveau chiffre, le nombre cumulé de créations d'entreprise de juillet, août et septembre est en hausse de 80,3 % par rapport aux mêmes mois de 2008.

Un record impressionnant en cette période de crise, qui confirme le développement d’une culture entrepreneuriale en France. En dépit de la crise, "l'objectif de 500 000 créations d'entreprise en 2009 sera largement dépassé", a déclaré Hervé Novelli.

424 209 entreprises ont été créées sur les neuf premiers mois de l’année 2009, soit 68 % de plus que sur la même période en 2008. Source Bercy.

Les secteurs qui contribuent le plus à cette hausse sont le soutien aux entreprises et le commerce. Des bons chiffres également pour la construction ou l'ensemble santé-enseignement-action sociale. Ainsi, les créations d'entreprise ont concerné en septembre tous les secteurs, et pas seulement ceux où les auto-entrepreneurs sont le plus présents.

Christine Lagarde et le secrétaire d'Etat aux PME se félicitent de ce nouveau record et font deux constats :

le succès du régime de l'auto-entrepreneur se confirme : il concerne plus d'une création d'entreprise sur deux depuis janvier ; mais les créations hors auto-entrepreneurs enregistrent, elles aussi, une forte hausse, de plus de 21,1 % par rapport au mois d'août 2009. Le régime de l'auto-entrepreneur ne cannibalise donc pas les créations d'entreprise.

des créations d'entreprise depuis janvier ont été faites sous le statut d'auto-entrepreneur (soit plus d'une création d'entreprise sur deux). Source Insee" - Source Le Portail du Gouvernement

Clairement, les nouvelles entreprises qui font se pâmer le couple ministériel (et qui sont pour beaucoup des entreprises qui ont été créées dans le but de se faire un complément de revenus) représentent 50% des nouvelles entreprises créées !

Mais qu'en est-il des autres entreprises qui ne relèvent pas du statut d'auto entrepreneur et qui, elles, emploient plusieurs salariés et qui, il ne faut pas l'oublier, ont d'autres obligations que celle de se faire une "petite augmentation de pouvoir d'achat" ?

Première réponse : Le Point

" .../ ... Septembre a été le deuxième mois le plus noir pour les faillites en France avec 6.598 défaillances d'entreprises, un chiffre en hausse de 12% par rapport au même mois de 2008, annonce l'assureur-crédit Coface. Le record historique avait été atteint en mars 2009 avec 6.773 faillites ... / ... "

Deuxième réponse : Le Figaro du 21/10/09 (cité par le blog Chomeur93), c'est à dire de la même date que le communiqué du Gouvernement

Les faillites de petites entreprises se poursuivent

" Un nombre record de défaillances a été enregistré en septembre.

Les chefs d'entreprise ne voient pas de signe de reprise et demeurent plus prudents que jamais, notamment dans l'industrie. Avec raison. Selon la deuxième édition de l'observatoire des faillites de Coface, 6 598 entreprises ont jeté l'éponge le mois dernier contre 5 898 en septembre 2008. Septembre s'arroge ainsi un triste record.

Il devient le deuxième mois le plus lourd en nombre de faillites qu'ait connu l'économie française après le record historique de mars 2009 (6 773 faillites). Sur un an, le nombre de défaillances s'élève à 65 833 à fin septembre contre 53 197 à fin septembre 2008. Soit une augmentation de 24 %.

Conséquence directe, l'ardoise est de plus en plus lourde pour les fournisseurs qui travaillent avec les sociétés au tapis. Elle a augmenté de 71 % par rapport à fin septembre 2008 pour atteindre 5,6 milliards d'euros ... / ... "

Et le Figaro, à la manière de Christine et Hervé d'argumenter sur le "formidable succès des créations d'auto entrepreneurs"

" Les chômeurs prennent leur destin en main

Les Français tirent également les conséquences de la crise. Ils sont un nombre grandissant à prendre leur destin en main. Les créations d'entreprise ont atteint un chiffre record en septembre. Selon l'Insee, les créations se sont élevées à 56 548. Ce niveau n'avait jamais été atteint. Au total, les créations en juillet, août et septembre ont progressé de 80,3 % par rapport à la même période de 2008. Les secteurs qui contribuent le plus à cette hausse sont le soutien aux entreprises (+ 118,7 %) et le commerce (+ 72,1 %).

... / ... Les chômeurs sont nombreux à choisir cette solution. Selon une enquête récente de l'Ifop, 41 % des autoentrepreneurs sont des demandeurs d'emploi. Si cette tendance se confirme, Hervé Novelli pourrait gagner son pari : atteindre 500 000 créations d'entreprise cette année dont 300 000 autoentrepreneurs.

Avant de tempérer un peu le "formidable succès"

Mais il ne l'emportera que si le chiffre d'affaires réalisé par les autoentrepreneurs est considéré comme significatif. Selon les premières statistiques connues, leur chiffre d'affaires mensuel est de 1 400 euros. Un chiffre considéré comme faible par les opposants les plus farouches dont l'Union professionnelle artisanale (UPA) qui regroupe les artisans français. D'autres soulignent que les jeunes entreprises qui disparaissent presque aussi rapidement qu'elles ont été créées sont nombreuses.- Source Le Figaro Entreprises

Nous attirons votre attention sur un article : "Quel est le VRAI salaire d’un auto-entrepreneur ? 600€ par mois ?" écrit par Gautier Girard, auteur d'un blog portail sur les sujets suivants : "Création d’entreprise, gestion d’entreprise, entrepreneuriat, tableau de bord de l’économie… ce portail de l’entreprise et de l’économie contient toutes les informations sur l’entreprise et l’économie pour les chefs d’entreprise et les entrepreneurs"

Que dit-il ?

" ... / ... Sur les 70 000 auto-entreprises créées au premier trimestre et qui devaient déclarer leur chiffre d’affaires semestriel fin juillet, si elles en avaient réalisé un, 30 000 ont effectué cette démarche. Au final donc, cela représente 43% des auto-entreprises qui ont effectivement déclaré un CA.

"Les auto-entrepreneurs ont déclaré des revenus globaux de 54 millions d’euros pour le 1er trimestre 2009 et de 126 millions d’euros au second trimestre 2009, ce qui représente 4 200 euros de chiffre d’affaire par auto-entreprise au 2ème trimestre 2009.

On remarque un souci de formulation ici. Ce que M. Novelli présente comme un revenu est en réalité un chiffre d’affaires, qui est taxé d’emblée entre 13% et 23,5% selon que l’auto-entreprise soit dans le commerce ou les services (source). Et surtout auquel on doit soustraire tous les frais courants de l’entreprise.

A priori donc on peut être contents de ces 4 200 euros de “revenus” comme dirait M. Novelli. Mais comme il y a ce souci évident de formulation, je me suis intéressé à partir de ces chiffres à chercher le VRAI salaire d’un auto-entrepreneur.

Quels sont les VRAIS revenus d’un auto-entrepreneur ?

On peut s’aider du chiffre suivant : “une auto-entreprise a réalisé en moyenne 4 200 euros de CA au 2ème trimestre“.

4 200 euros pour 3 mois, cela fait 1 400 euros de chiffre d’affaires pour 1 mois d’activité des 30 000 auto-entrepreneurs qui ont déclaré un Chiffre d’Affaires.

Si on retire les cotisations sociales, il reste : Pour une auto-entreprise qui a des activités de commerce:

1 400 x 13% = il reste 1 218 euros sans compter les dépenses courantes de l’entreprise et le paiement des fournisseurs.

Par commerce on entend : les restaurateurs, opticiens, magasins de vêtements et chaussures, etc.

Pour une auto-entreprise qui a des activités libérales :

1 400 x 20,5% = il reste 1 113 euros sans compter les dépenses courantes de l’entreprise et le paiement des fournisseurs.

Par activités libérales on entend : les architectes, les psychologues, les consultants, etc.

Que reste-t-il après toutes les dépenses ?

C’est la question que l’on doit se poser!

Dans l’achat-revente les marges sont faibles. Cela veut dire qu’une grosse part du chiffre d’affaires rentré par l’entreprise repart illico pour payer les fournisseurs.

Dans les activités libérales et de services, les marges sont importantes mais il y a d’une part des coûts parfois “cachés” (frais de déplacement par exemple). Et surtout, ces activités prennent beaucoup de temps. Par exemple, l’auto-entrepreneur va passer en 1 heure de prospection pour facturer 1 heure de son temps.

Liste de frais d’une petite entreprise

Voici une liste de frais que l’on peut considérer pour une auto-entreprise lambda.

J’ai mis en italique les postes moins fréquents sur ce type d’entreprise :

Fournisseurs
Assurances
Matières premières
Essence & usure du véhicule
Électricité, eau
Local
Fournitures, outils et équipements
Communication & publicité (j’inclus la création et la maintenance du site internet)
Téléphone & internet
Frais administratifs
… tout ce que j’oublie

Tous ces frais, il faut les retirer des 1218 ou 1113 euros du Chiffre d’affaire restant après avoir soustrait les charges.

Cela peut aller vite comme vous pouvez l’imaginer.

Combien reste-t-il ?

De mon expérience, (et vous me direz si cela vous paraît loin de la réalité), je dirais donc que le vrai salaire moyen d’un auto-entrepreneur lambda qui déclare son chiffre d’affaires tourne autour de 600 euros par mois.

Vous noterez que je n’ai pas inclus les 40 000 personnes qui n’ont eu AUCUN chiffre d’affaires mais qui ont tout de même eu certains des frais indiqués ci-dessus. Si je les comptais, on tomberait certainement à 400 de mon point de vue "

C'est étonnant que lorsqu'on explique clairement les choses, on voit beaucoup mieux la façon dont les illusionnistes qui nous gouvernement excellent !

Cette démonstration à laquelle le Gouvernement ne répondra pas, mais qui aurait, pourtant, de quoi gommer instantanément le sourire de nos deux Ministres et de tous ceux qui essayent de nous persuader que lorsque les salaires ou revenus du travail des français auront atteint de 300 à 600 € mensuels, nous serons à nouveau compétitifs !

Merci qui ?

Crédit Photo
Portail du Gouvernement
Montage
Slovar




5 commentaires:

Anonyme a dit…

La question qu'il faut se poser va même un peu plus loin.

Si l'on considère que la reprise économique est censée venir des ménages.

Si les ménages gagnent de moins en moins. Et les autoentrepreneurs ne sont pas des consommateurs comme les autres ?

Que reste-t-il à ce pays en fin d'année pour remplir le panier de la ménagère ?

Nous verrons les chiffres du commerce pour les fêtes de fin d'année 2009 et nous mesurerons le sourire de nos ministres à l'aune de ces chiffres...

Et oui, prions ensemble mes pauvres frères

Franck Quintana a dit…

Je pense qu'il faut encore attendre un peu avant d'observer les chiffres d'affaires.
En effet, peu son les entreprises (auto-entrepreneur ou pas) à faire beaucoup d'argent la première année (voire les deux premières).

Il faut aussi prendre en compte le fait qu'un auto-entrepreneur qui réussit va rapidement changer de statut (pour pouvoir embaucher , récupérer de la TVA...).

Cependant je conviens que nos deux mini-stres se réjouissent en effet bien vite du nombre de création d'entreprises.

des pas perdus a dit…

Belle démonstration. Auto-entrepreneur, le stade ultime du travailleur précaire.

Anonyme a dit…

D’accord avec la dénonciation de l’épaisse magouille. Pas d’accord avec l’emploi de « vs », abréviation de « versus », américanisme mal déguisé en latinisme (en fait latinisme en usage uniquement dans les pays anglo-saxon et chez ceux qui pensent moderne de suivre et d’imiter...)

Serait-ce trop lisible d’écrire « contre » et d’être ainsi compris par chacun ? Tout ce qui va contre le sens ou ralentit la lecture va contre la démocratie.

Karl-Groucho Divan

totolezheros a dit…

eh, j'ai lu trop vite ou j'ai pas trouvé le poste "charges sociales" qui se voit pas trop la première année, mais qui va faire mal la deuxième et surtout la troisième année d'exercice.
Ils ont intérêt à économiser un max, parce que la troisièma année, ça douille !!!!!