17 novembre 2010

La pauvreté et la précarité grandes oubliées des priorités du Président ?

Hier soir, le Président nous a présenté ses priorités. L'une d'elles est : " une réforme fiscale censée amortir les problèmes de concurrence avec l'Allemagne" En gros, supprimer l'ISF pour éviter, comme il le prétend, que ceux qui y sont soumis, traversent le Rhin pour s'y installer. En revanche pas un mot sur ... la pauvreté et la précarité qui s'installent durablement dans le pays !

C'est nouveau et ça date d'hier soir : L'ISF donnerait envie aux titulaires d'un patrimoine soumis à l'ISF de quitter la France pour partir en Allemagne. Bien que tout le monde sache que ce sont la Suisse et la Belgique qui ont les faveurs des exilés fiscaux, Nicolas Sarkozy a préféré agiter le "péril" allemand pour justifier la suppression de l'ISF dans notre pays et ... annoncer la fin du bouclier fiscal.

Cette décision/renoncement, puisqu'il était encore inconcevable le 4 octobre de remettre en cause le bouclier fiscal, comme l'affirmait le nouveau secrétaire d’Etat, chargé du Tourisme, Frédéric Lefebvre, coûtera une petite fortune au budget de l'état. Puisque comme nous l'écrivions dans Slovar le 8 octobre dernier, ce "Poker fiscal" va lui rapporter 678 millions et lui faire perdre environ 4 milliards

Quant à tous ceux qui doivent se contenter de leurs salaires et ne disposent pas d'un patrimoine conséquent, ils auront eu le droit au retour des 35H00 " aberrantes " et du " travailler plus pour gagner plus" : " ... / ... Le travail ne se partage pas. Dans un pays, plus il y a de gens au travail plus il y a croissance, plus il y a de la richesse, plus il y a donc de possibilité d’emplois pour les jeunes ... / ... ” - Euronews

Devant une telle sollicitude de notre Président à l'égard d'une partie de son électorat, il est clair qu'on peut s'attendre, pour ces fêtes de fin d'année à de belles commandes dans les grandes maisons de champagne pour fêter cet évennement.

D'autres français, beaucoup plus nombreux et que le Président n'a pas évoqué, n'auront pas ce plaisir. A commencer par les " 3,5 millions de personnes n'ont d'autre choix que d'être mal logées" dont nous parlait il y a quelques jours la Fondation Abbé Pierre

" La Fondation Abbé Pierre a dénoncé mardi une "situation sans précédent depuis 1954 du mal-logement" ... / ... 3,5 millions de personnes sont mal logées en France: 1 million dans des logements surpeuplés; 1 million dans des logements sans toilettes, sans salle de bains ou sans chauffage; 1 million dans des logements non permanents (tentes, voitures, amis ...), dont 100.000 sans-abri; 500.000 dans des structures collectives (foyers ...) - AFP/Google

On pourra aussi reprocher à notre Président d'avoir fait l'impasse sur plusieurs rapports publiés ces derniers jours, comme celui de Dominique Versini, défenseur des enfants

Dénonçant entre autre : " le recul des politiques publiques sur l’accès de tous aux droits de tous, un manque de volonté politique, malgré le vote du droit au logement opposable, sur la construction de logements sociaux dans les régions tendues, enfin, un empilement et un manque de coordination de dispositifs de lutte contre la pauvreté et l’exclusion associé à un éparpillement des budgets." - Une autre vie

A rapprocher de 2007 où il soulignait que : " ... / ... 7 millions de personnes vivent en France sous le seuil de pauvreté, dont deux millions d'enfants" et estimait que "c'est en nous donnant des objectifs chiffrés et des obligations de résultat que nous nous mobiliserons suffisamment pour réduire réellement la pauvreté ... / ... " et d'ajouter : " ... / ... l'objectif de réduire d'au moins un tiers en cinq ans la pauvreté dans notre pays doit être l'objectif du gouvernement " - France Matin

Mais aussi ce rapport de l'INSEE, dont il ne peut ignorer l'existence : "France, portrait social - Édition 2010 " commenté, entre autre par Le Nouvel Obs

Et dans ce rapport, on y trouve des données sur la pauvreté, présentées par 20Minutes, qui auraient mérité un petit mot de notre Président !

" Plus d'un Français sur cinq a traversé une période de pauvreté ... / ... La pauvreté ne se réduit pas aux seuls revenus, a souligné Jean-Philippe Cotis, directeur général de l'Insee ... / ... , Dans la lignée du rapport du prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, qui recommande de compléter la croissance (évaluée par le PIB), par des indicateurs de «bien-être», prenant en compte des activités non-marchandes et des inégalité .... / ... "

Quels sont ces indicateurs ?

" ... / ... les contraintes budgétaires (découverts bancaires), les retards de paiement (de loyers ou de factures), la consommation (possibilité de manger de la viande tous les deux jours, partir une semaine de vacances par an, acheter des vêtements neufs, recevoir), rencontrer des difficultés de logement ... / ... "

Conclusions ?

" 22% des Français de plus de 16 ans sont touchés ... / ... La pauvreté monétaire (disposer de moins de 950 euros par mois ) touche 13% de la population ... / ... Cette chute temporaire dans la pauvreté s'explique notamment par une croissance, des gains de productivité et un pouvoir d'achat relativement faibles en France, qui renforcent les aléas et l'impact sur la consommation ... / ... "

Autre indicateur utilisé par l'INSEE : " ... / ... la qualité de vie : outre les conditions matérielles, il tient compte de l'état de santé, des conditions de travail, du niveau d'éducation, de la sécurité, et du «capital social», c'est-à-dire «la participation à la vie publique et les contacts avec les autres .... / ... les personnes aux revenus faibles et les familles monoparentales «sont les deux groupes qui ont la qualité de vie la plus dégradée» au regard de ces critères ... / ... "

Mais, que représentent ces "cas sociaux" qui pourraient "travailler plus" pour sortir de leur misère, à côté d'un : " ... / ... déficit de compétivité avec notre principal client et notre principal partenaire qui est l’Allemagne ... / ... "

On notera néanmoins que l'interview : " ... / ... retransmise sur TF1, France 2 et Canal+, a rassemblé ... / ... 12,3 millions de personnes " Alors que : " Le précédent dispositif du même genre, à savoir une interview retransmise en direct sur plusieurs chaînes simultanément, avait rassemblé 15,1 millions de téléspectateurs en février 2009 et 18,8 millions en novembre 2007... / ... " - JDD

On connaît plus d'un présentateur ou animateur vedette qui aurait été viré de la grille des programme pour moins que ça ! Est ce un premier signe de ce que décideront les français dans environ 530 jours ...

Crédit et copyright photo
Europe1

1 commentaire:

Stef a dit…

On constate effectivement que ce n'est toujours pas une priorité