09 avril 2008

Offres d'emplois "raisonnables" ?

Dans les prochains jours, le gouvernement présentera un texte qui permettra de tirer les conclusions du refus de deux emplois" raisonnables", a déclaré mardi Nicolas SARKOZY.

Il a rappelé au passage que les dépenses sociales «ne peuvent continuer ainsi à alimenter le déficit et la dette"

"Transmettre à nos enfants la facture de nos dépenses de santé et de retraite via la dette, c'est profondément immoral", a-t-il affirmé.

En clair, on va s'occuper de ces S...... de Français confits dans leur égoïsme !!!

En septembre dernier, le chef de l'Etat avait déjà annoncé son intention d'instaurer, avant la fin de l'année, des sanctions "à la fois plus efficaces, plus fermes et plus justes " Il restera à définir ce qu'est une offre d'emploi "raisonnable".

Si les partenaires sociaux ne se saisissent pas du sujet avant la fin de l'année, la responsabilité en reviendra à l'Etat.

Il y a fort à parier que cette mesure va en premier lieu frapper de plein fouet les chômeurs de plus de 50 ans.

Car, il faut le rappeler :

"Avec un taux d’emploi de 40,1% des hommes de 55 à 64 ans, la France se classe au 26ème rang parmi les pays de l’Union Européenne. Pour les femmes de la même tranche d’âge, le taux d’emploi ne dépasse pas 35,2% De même, le taux d’emploi des plus de 50 ans en France est inférieur à la moyenne de la zone euro, elle-même très éloignée des performances des Etats-Unis ou du Japon. Au sein de l’Europe des 15 en 2002, seuls l’Italie et l’Autriche affichaient des taux d’emploi encore plus médiocres.
Les salariés peu qualifiés les plus touchés

Plus en détail, ce sont surtout les salariés peu qualifiés qui éprouvent de grandes difficultés à se maintenir en emploi et retrouver un emploi après 50 ans. Secteur par secteur, c’est dans l’industrie que les salariés sortent le plus tôt de l’emploi.

Les plus de 50 ans écartés du marché du travail
La pratique du retrait anticipé du marché du travail

Motivés par l’objectif de lutter contre le chômage, les pouvoirs publics - souvent avec l’accord des partenaires sociaux - ont développé dans le passé des dispositifs de préretraite pour les travailleurs âgés. Depuis une dizaine d’années l’accès aux préretraites publiques a été considérablement restreint. Cependant, les pratiques de cessations anticipées d’activité demeurent courantes.
Un chômage de longue durée chez les salariés âgés

Les salariés de plus de 50 ans connaissent des difficultés de reclassement importantes dès lors qu’ils perdent leur emploi. Ils sont particulièrement touchés. Sources Ministère du Travail

Laurent WAUQUIER s'est montré un peu plus précis sur cette notion d'emploi "raisonnable". C'était sur RMC

Extraits :

"De l'autre côté, il faut que ce soit aussi équilibré et qu'il y ait des devoirs en contrepartie si on vous propose deux offres d'emploi raisonnables. Raisonnable, cela veut dire grosso modo dans la branche professionnelle dans laquelle vous êtes. On peut aussi permettre de rebondir dans une branche plus dynamique"

En ce cas, les salariés de GRANDANGE vont être ravis de "rebondir dans une branche plus dynamique" car, dans la mesure où leur région n'offre plus aucune activité correspondant à leur branche professionnelle peut être trouveront-ils dans les environs quelques tiers ou quart temps. Et il faudra les prendre. Faute de quoi ?

En fin de compte, notre président ne fait que reprendre à son compte le système britannique de l'emploi qui veut que les chômeurs sont des parasites qui vivent beaucoup mieux que les salariés.

Ce n'est absolument pas le cas de la France argueront les thuriféraires de notre Président puisqu'il a installé il y a quelques mois un certain Martin HIRSCH afin de développer le RSA qui doit (en théorie) permettre aux titulaires du RMI de sortir de la "trappe à misère".

On peut d'ailleurs lire ce matin avec quelle constance notre Président définit l'avenir de ce "formidable outil"

"Nicolas Sarkozy a prévenu que le RSA, actuellement en discussion avant une généralisation prévue début 2009, devrait être "calibré en fonction des disponibilités financières qui sont les nôtres"

Faute de chasser la fraude et l'évasion fiscale, celle aux allocataires a commencé. Il est décidément bien coûteux le paquet fiscal ... pour ceux qui n'en bénéficient pas.

Crédit et copyright image
BAUER

2 commentaires:

Dominik Vallet a dit…

Excellent ! ;o))

Slovar a dit…

Merci