17 novembre 2009

Commission d'enquête sur les 6 694 000 € de sondages : L'Elysée et la majorité présidentielle vous saluent bien !

Plus de 6 millions d'€ !

Pour vous qui cherchez à savoir si les nouilles sont moins chères chez Leclerc ou chez Lidl, franchement ça vous cause pas !

Et oui, vous vous dites, on peut en faire des choses avec tant d'argent ! Surtout quand on sait, par exemple, le montant du RSA :

- une personne seule : 454,63 euros
- deux personnes : 681,94 euros
- trois personnes : 818,33 euros

Soit pour ceux qui ont besoin d'une voiture, qui ont des petits moyens et se sont résolus à acheter une LOGAN by Renault : environ 9 000 véhicules

Bon, là, "ça cause mieux", comme on dit !

Et bien c'est cette somme que notre Président à dépensé pour "sonder" l'opinion de 2008 à 2009 en y ajoutant les prévisions pour 2010 !

Dans un contexte de crise, de caisses vides, de deficit chronique, de mesures drastiques pour limiter les dépenses de sécurité sociales et de fiscalisation de tout ce qui bouge (excepté les niches fiscales et son ami le bouclier) on se demande vraiment si ceux qui nous gouvernent ont vraiment conscience de la valeur de l'argent ou s'ils se foutent carrément de notre gueule !

Retour sur image :

Epinglé l'été dernier par la Cour des comptes pour des sondages publiés dans la presse et facturés à la présidence de la République, l'Elysée a communiqué à l'Assemblée nationale les factures des enquêtes commandées en 2008 et 2009. L'Elysée a fourni ces factures après l'audition par la commission des Finances de l'Assemblée le 13 octobre de Christian Frémont, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy.

Le budget sondages de l'Elysée s'est élevé à 3,281 millions d'euros en 2008, à 1,989 million en 2009 et il est estimé à 1,424 million pour 2010, dit un rapport du député Jean Launay (PS) sur les crédits de l'Elysée publié il y a dix jours.

L'opposition avait demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire et surprise :

Comme l'expliquait Marianne2 du 10 novembre dernier : "Le président UMP de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a en effet décidé de prendre ses responsabilités en donnant son accord à la poursuite de la procédure visant à ouvrir une commission d'enquête parlementaire. Une idée du Parti socialiste que l’exécutif — on le comprend — ­aurait aimé voir enterrer. Vendredi dernier, Michèle Alliot-Marie, en sa qualité de Garde des sceaux, se chargeait de jouer les fossoyeurs et excluait la possibilité d'un contrôle parlementaire sur la présidence de la République, jugeant cette démarche inconstitutionnelle. En vain donc et c'est désormais à la commission des lois de l'Assemblée nationale de se prononcer"

On attendait, donc, avec impatience, la réponse de la commission des Lois de l'Assemblée nationale !

Or, nous avons appris par un communiqué de Reuters France que : "la commission des Lois de l'Assemblée nationale a déclaré irrecevable mardi la demande de création d'une commission d'enquête sur les sondages financés par l'Elysée, suivant en cela le gouvernement"

Pour ceux qui auraient encore la naïveté de voir cette affaire éclater au grand jour, le "suspense" est maintenu pour quelques heures : "Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, aura toutefois le dernier mot sur cette demande émanant du groupe socialiste. Il pourrait se prononcer dans les heures qui viennent"

Le président de la commission des Lois, Jean-Luc Warsmann (UMP), a, lui, justifié cette décision.

"Le seul objectif de cette proposition de résolution n'était pas de contrôler les comptes de l'Elysée, ils le sont déjà par la commission des Finances, c'était tout simplement de s'en prendre à la personne du président de la République et de le mettre en cause", a-t-il dit. "Le devoir de la commission des Lois a été de constater que vouloir utiliser une commission d'enquête pour mettre en cause la responsabilité du président de la République, c'est contraire à la Constitution", a-t-il ajouté.

Conclusion : Continuez à chercher à savoir si les nouilles sont moins chères chez Leclerc ou chez Lidl. Il faudra bien se résigner à payer les enquêtes d'opinion de notre Président ...

Sources
Yahoo/Reuters
Crédit et copyright dessin
Goubelle

5 commentaires:

Jean-François Mabuse a dit…

HONTEUX !!!

Anonyme a dit…

Sondés...

Entubés...

Les Français l'ont dans le cul...

Misère...

Pertinax a dit…

Tout ça pour apprendre que les Froussais lui disent merde, ça fait cher du kilo !

Anonyme a dit…

Ces messieurs n'ont vraiment pas d'honneur!

BA a dit…

Mardi 17 novembre 2009, les familles des victimes de l'attentat de Karachi mettent en ligne sur leur site un article dévastateur pour le clan Balladur-Sarkozy-Léotard.

Cet article est le résultat d'une enquête de deux journalistes de Mediapart, Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme.

Cet article confirme la piste des deux corruptions :

1- Des commissions occultes partaient de France vers des personnalités pakistanaises.

2- Ensuite, des rétro-commissions occultes revenaient en France pour financer la campagne électorale d'Edouard Balladur fin 1994, début 1995. C'est un certain Ziad Takieddine qui renvoyait vers la France ces rétro-commissions.

http://www.verite-attentat-karachi.org/?p=262